GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Kaesong: quand l’archéologie permettait de rapprocher les deux Corées

    media L’académie Koryo Songgyungwan à Kaesong (Corée du Nord), inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. RFI/Frédéric Ojardias

    La Corée du Nord a fait inscrire en juin dernier douze sites de la ville historique de Kaesong au patrimoine de l’humanité de l’Unesco. Pendant plusieurs années, des archéologues des deux Corées ont étudié ensemble les trésors de cette ancienne capitale du royaume de Koryo (918-1392). Une coopération extraordinaire, aujourd’hui interrompue.

    Il ne ressemble pas à Indiana Jones, mais son travail d’archéologue lui offre aussi son lot d’aventures. Pendant plusieurs années, Ha Il-sik, historien sud-coréen de l’université de Yonsei à Séoul, a été autorisé à franchir quotidiennement la frontière la plus militarisée de la planète pour aller travailler sur des fouilles archéologiques en Corée du Nord.

    Pour se rendre à Kaesong, situé dans une zone militaire à dix kilomètres au nord de la frontière, ce professeur à la frêle carrure et aux manières timides utilisait... sa voiture personnelle. « Le trajet aller-retour entre ma maison et Kaesong fait exactement 142 kilomètres », explique-t-il, amusé. Ha Il-sik retrouve vite son sérieux : « Mes recherches sur ce site, c’est le travail de toute une vie. Je voulais vraiment y aller. »

    L’une des plus grandes capitales de l’Asie médiévale

    Cette coopération archéologique étonnante entre les deux Corées a débuté en 2005, époque où Séoul mettait en œuvre une politique de la main tendue à Pyongyang. Le Nord avait demandé l’aide du Sud pour inscrire auprès de l’Unesco sa ville de Kaesong, ancienne capitale du royaume de Koryo (918-1392) dont le nom est à l’origine du mot « Corée ».

    Kaesong, qui compte aujourd’hui 190 000 habitants, était à son apogée l’une des plus grandes capitales de l’Asie médiévale. Sa position stratégique en faisait un important centre d’échanges culturels et commerciaux, notamment avec la Chine. La ville recèle ainsi de nombreux trésors archéologiques préservés par l’absence de développement.

    L’archéologue sud-coréen Ha Il-sik montre les plans des fondations du palais de Manwoldae, à Kaesong. RFI/Frédéric Ojardias

    La majorité des sites encore à étudier

    « Dès que l’on creuse à Kaesong, on trouve quelque chose. La majorité des sites reste à étudier, pratiquement rien n’a encore été fouillé », s’enthousiasme Elisabeth Chabanol, archéologue et historienne de l’art de l’Ecole française d’Extrême-Orient, qui y mène aussi des recherches depuis une décennie. Au début des années 2000, la construction à Kaesong d’un complexe industriel intercoréen - fermé depuis avril dernier - a hélas en partie détruit un site archéologique très riche.

    Ha Il-sik a participé à un chantier de fouilles sur un ancien palais royal dont ne subsistent que les fondations. Pendant quatre ans, deux fois par an, une équipe de dix archéologues sud-coréens y travaillaient aux côtés de 30 confrères du Nord. La Corée du Sud fournissait finances et équipements. « Les Nord-Coréens n’avaient aucun matériel », se souvient l’archéologue.

    Les relations entre archéologues au beau fixe

    Entre les historiens des deux camps, le terrain est miné. Au Nord, l’Histoire est soumise aux besoins de l’appareil de propagande. Le régime aime à s’ériger en héritier du royaume « nordiste » du Koryo, présenté comme le premier à avoir unifié la péninsule. La mise en avant et la protection des sites datant de l’ère du Koryo servent donc « à illustrer et à renforcer le discours officiel », explique Elisabeth Chabanol.

    Les relations entre archéologues nord et sud-coréens se sont heureusement vite détendues. « Nous sommes devenus très proches. Nous travaillions ensemble, nous cuisinions ensemble, nous mangions ensemble. Un jour, l’un d’eux m’a annoncé avec fierté que sa fille avait été acceptée à l’université. J’ai réalisé à quel point nous nous ressemblions », raconte Ha Il-sik.

    L'archéologie, un moyen pour rapprocher les deux Corées

    Fervent partisan d’une politique de coopération avec le Nord, l’historien considère que l’archéologie est aussi un moyen de rapprocher les deux Corées ennemies : « Notre pays est divisé depuis 60 ans, mais nous partageons toujours la même histoire. »

    Ces fouilles conjointes ont permis des découvertes capitales sur l’organisation d’un palais de la période du Koryo et sur les échanges avec la Chine. Hélas, les travaux sont interrompus à plusieurs reprises : en 2010 suite au torpillage d’un croiseur sud-coréen attribué au régime de Pyongyang, puis en 2011 lors de la mort du dirigeant nord-coréen Kim Jong-il. Ils sont définitivement suspendus en 2012, sur fond de dégradation continue des relations Nord-Sud.

    Ironiquement, un an plus tard, le dossier préparé avec l’aide des Sud-Coréens - et de l’Ecole française d’Extrême-Orient - est accepté par l’Unesco : douze sites de Kaesong sont inscrits au Patrimoine de l’humanité. Une victoire pour Ha Il-sik, qui se dit tout de même inquiet : « Les historiens nord-coréens sont conscients de l’importance de leur patrimoine et ils sont compétents. Mais ils manquent d’équipements pour préserver convenablement le site. »

    Ha Il-sik espère cependant retourner sur son chantier si les relations Nord-Sud s’améliorent, et retrouver ses collègues nord-coréens. Sa voiture est prête, et il connaît la route.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.