GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • «Gilets jaunes»: mobilisation en recul avec 33 500 manifestants dans toute la France (minsitère de l'Intérieur)
    • Pour l'ancien président de la République, François Hollande, le mouvement des «gilets jaunes» est en «phase de conclusion»
    • Mouvement des «gilets jaunes»: «Moins de 3000 manifestants» à Paris en début d'après-midi (préfecture)
    • «Gilets jaunes»: 63 gardes à vue à Paris contre 335 samedi dernier à la mi-journée, indique la préfecture
    • «Gilets jaunes»: un conducteur décède après avoir percuté un camion à la frontière belge (préfecture)
    Asie-Pacifique

    Mise à l’eau du premier porte-avions «made in India» d’une flotte aux ambitions démesurées

    media

    L'Inde a mis à l'eau le premier porte-avions de conception nationale, l'INS Vikrant, ce lundi 12 août. Ce bâtiment doit jouer un rôle stratégique dans la capacité maritime militaire de New Delhi, dans un contexte de compétition régionale avec Pékin. La marine indienne rêve, à long terme, de disposer de quatre navires d'une telle envergure... sans forcément avoir les moyens de les développer.

    « C’est le premier pas d’un long voyage, et un premier pas important ». Cette déclaration du ministre de la Défense indien, A.K. Antony, devait donner ce lundi 12 août l’ampleur de l’enjeu pour la marine indienne. Dans le port de Cochin, au sud du pays, le premier porte-avions de fabrication nationale a été mis à l’eau. Une simple coquille vide, pour l’instant, qui doit à présent être intégralement aménagée.

    L’INS Vikrant doit devenir, d’ici 2018 selon les promesses – très optimistes – du ministère indien de la Défense, l’un des fleurons de sa marine de guerre. Le nom de ce bâtiment vient du sanskrit « vikraanta », qui signifie puissance, courage. Avec ses 40 000 tonnes, il promet un gabarit comparable à celui du Charles-de-Gaulle français, la propulsion nucléaire en moins.

    A terme, ce n’est pas un porte-avions, mais quatre, que New Delhi pourrait acquérir. Le second, l’INS Vikramaditya, est un navire russe acheté en 2004, attendu pour la fin de l’année mais déjà vieux de vingt-six ans. Le troisième, l’INS Vishal, serait lui aussi de conception indienne. Encore plus ambitieux (60 000 tonnes), il a été repoussé au moins jusqu’en 2025. Le dernier, enfin, reste une simple hypothèse, tant ce type de matériels représente un coût considérable : le développement de l’INS Vikrant, sur lequel presque tout reste à faire, atteint déjà les 3,5 milliards d’euros.

    Jeu de go maritime

    Un tel navire est avant tout un « message adressé aux puissances maritimes de l’océan Indien », explique Joseph Henrotin, rédacteur en chef de la revue Défense et sécurité internationale. Pékin reste perçu comme le grand rival maritime dans la région. Si la marine chinoise dispose de beaucoup plus de moyens et aligne près de cinq cents navires de combat, l’Inde n’en déploie qu’une petite centaine. Mais les Chinois ne disposent eux que d’un seul porte-avions. Pour New Delhi, « l’affichage politique est clair : oui, nous avons du retard vis-à-vis des Chinois, mais nous allons le combler dans au moins un domaine », analyse ce fin connaisseur des questions stratégiques.

    Les deux géants asiatiques veulent marquer leur territoire : le général (2s*) Daniel Schaeffer, ancien attaché de Défense en Chine et analyste au sein du groupe d'analyse Asie 21, remarque que le message de New Delhi a toujours été le même : l’océan Indien est une chasse gardée. Pour lui, l’objectif est « d’assurer une domination indienne de l’océan Indien » : « c’est leur océan ». « Les Chinois disposent de plus en plus de ports dans la région », remarque de son côté le général (2s) Alain Lamballe, ancien attaché de Défense au Pakistan et en Inde, lui aussi membre d’Asie 21, à propos du fameux « Collier de perles » : « ces installations peuvent rapidement jouer un rôle militaire ».

    « Il s’agit aussi de rassurer les alliés », explique Joseph Henrotin. Les Américains, en pleine refonte de leur budget de Défense, ne veulent plus assumer la sécurité régionale seuls. Ils envisagent même de renoncer à l’un de leurs porte-avions pour n’en avoir plus que neuf. « Il faut rassurer Washington en montrant une vraie détermination ».

    Les jeux d’alliances intègrent un nombre croissant d’acteurs de la région Asie-Pacifique. Les Chinois se sont largement rapprochés du Pakistan, notamment dans le développement des ports de Karachi et Gwadar. Les Indiens, eux, multiplient les exercices militaires avec le Vietnam, en tension permanente avec Pékin.

    Long de 262 mètres, l'INS Vikrant est pour l'instant une coquille vide que les Indiens vont devoir intégralement équiper. REUTERS/Sivaram V

    La lenteur industrielle indienne

    Reste que l’ambition indienne de rendre opérationnel son porte-avions d’ici cinq ans semble irréalisable. « Les Indiens sont connus pour leurs retards industriels », explique Joseph Henrotin. Le développement de l’INS Vikrant a déjà plus de deux ans de retard et presque tout reste à faire : « il faut tout installer, les équipements, l’électronique et surtout, il faut former les équipages ». A titre de comparaison, les aviateurs chinois s’entraînent à se poser sur le pont de leur porte-avions depuis deux ans sans avoir même commencé à installer de l’armement sur leurs appareils.

    Reste enfin la question des avions embarqués. L’Inde aimerait pouvoir utiliser pour son aéronavale les mêmes appareils que son armée de l’air. Le fameux « super-contrat » portant sur l’acquisition de 126 avions que New Delhi pour lequel le Rafale du Français Dassault est en négociations avancées. Resterait un détail à régler, le porte-avions mis à l’eau aujourd’hui ne prévoit pas de lancement par catapulte [voir encadré ci-dessous], une technologie exclusivement conçue par des entreprises américaines. Technologie dont la version maritime des Rafales a besoin pour quitter les ponts : il faudrait donc développer une nouvelle version de l’avion. Une piste que les ingénieurs de Dassault considèreraient comme réalisable mais qui relève encore très largement de la théorie. Mais le ministre de la Défense indien, A.K. Antony, nous aura prévenu : « c’est le premier pas d’un très long voyage »...

    * général (2s) : les généraux en deuxième section ont quitté le service, mais restent mobilisables en cas de besoin.

    Actuellement, la plupart des porte-avions sont répartis en deux catégories. La première opte pour un lancement par tremplin. La piste et courte et permet à la plupart des avions, moyennant une très forte poussée moteur, de décoller. Cette poussée limite la capacité d'emport et l'endurance des appareils : l'avion aura moins d'armement. L'INS Vikrant fait partie de cette catégorie.

    Plus souples, les porte-avions avec catapultes gagnent en capacité : les avions déployés sont propulsés par cet équipement qui leur accorde donc de transporter plus d'armement. Actuellement, les Etats-Unis sont les seuls à savoir développer cette technologie, employée sur leurs porte-avions ainsi que sur les Français, le Charles-de-Gaulle, et le Foch, racheté par le Brésil. Les Indiens espèrent la mettre en oeuvre sur leur prochain porte-avions national, l'INS Vishal.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.