GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Pakistan: la communauté chrétienne cible d'un attentat meurtrier à Peshawar

    media

    C'est un attentat meurtrier qui a frappé Peshawar, dans le nord-ouest du Pakistan, ce dimanche 22 septembre. Selon des témoins, deux kamikazes se sont fait exploser à la sortie de la messe, devant une église chrétienne, et ont tué au moins 78 personnes, dont 34 femmes et sept enfants, un bilan qui s'est considérablement alourdi au fil des heures.

    Avec notre correspondante à Islamabad, Gaëlle Lussiaà-Berdou

    C’est l’un des attentats les plus meurtriers jamais perpétrés contre la minorité chrétienne au Pakistan. Les explosions ont retenti au moment où des centaines de fidèles réunis pour la messe du dimanche avaient commencé à quitter l’église. Les conséquences ont été sanglantes.

    Les hôpitaux, débordés, ont dû rappeler au travail leurs employés en congé pour traiter les victimes qui arrivaient par dizaines. Ce sont parfois des passants qui ont dû transporter les blessés ensanglantés, dont plusieurs femmes et enfants.

    La politique de main tendue critiquée

    Les chrétiens sont entre trois et quatre millions au Pakistan, soit environ 2% de la population. Ils sont régulièrement victimes de discriminations et de violences, mais rarement d’une telle ampleur.

    Partout, des voix s’élèvent pour condamner cet attentat, qui n’a pas été revendiqué. Plusieurs montrent du doigt les talibans pakistanais, très actifs dans la région de Peshawar. Pour certains, c’est une preuve de plus que la politique de la main tendue aux insurgés, avancée par le gouvernement, est sans issue, et que seule une intervention militaire pourra mettre fin aux violences.


    ■ Réaction du souverain pontife

    Lors d'une visite pastorale en Sardaigne, le pape François a commenté l'attaque de Peshawar, jugeant qu'il s'agissait d'un « mauvais choix, de haine et de guerre ». La jeunesse doit selon lui « construire un monde meilleur, un monde de paix » et ne pas se satisfaire de « choix erronés qui portent à la destruction ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.