GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    La mégalopole de Harbin paralysée par un épais brouillard de pollution

    media Un brouillard s'est abattu sur les rues de Harbin ce 21 octobre 2013. REUTERS/China Daily

    Ecoles et lycées fermés, autoroutes impraticables… Un épais nuage de pollution a recouvert Harbin, dans le nord-est de la Chine, ce lundi, rendant la visibilité inférieure à dix mètres. Le bureau météo de cette mégalopole de 11 millions d’habitants a déclenché « l’alerte rouge au brouillard ». Des taux de micros particules dépassant 40 fois le seuil maximum recommandé par l’Organisation mondiale de la santé dans certains quartiers. Et encore une fois, c’est le système de chauffage au charbon qui est pointé du doigt.

    La couverture du Quotidien du soir de Pékin avec un jeu sur les caractères « mai tai » qui signifie brouillard ou encore « sale » dans le dialecte des Chinois du nord-est.

    La capitale de la province du Heilongjiang plongée dans le brouillard, ce sont des silhouettes masquées, engoncées dans d’épais vêtements d’hiver, qui tâtonnent les bras écartés sur les trottoirs, manière de se rattraper si elles venaient à rencontrer un obstacle. Ce sont encore ces véhicules qui circulent au ralenti, là aussi un peu hébétés et dispensés de marquer les feux rouges, avalés comme le reste du paysage par l’épais tapis gris qui recouvre la ville. Depuis 7h15 ce lundi matin, « l’alerte rouge au brouillard » est en vigueur à Harbin. Les jardins d’enfants, les écoles primaires, les collèges et les lycées ont suspendu leurs activités pour 24 heures.

    Neige et brouillard

    La pollution de Harbin a également envahi les écrans de la télévision centrale de Chine : « Ce matin, en se levant, on a cru que c’était la neige, raconte la correspondante de CCTV à Harbin. La route en face de moi est située à moins de 50 mètres mais on ne voit ni les véhicules, ni les panneaux en raison du brouillard. On a beaucoup de mal à respirer, ajoute cette consœur chinoise. A chaque bouffée d’air, on a l’impression que notre système de respiration en prend un coup. »

    Un coup aux poumons, c’est certain. Selon le compte weibo en chinois de l’agence Reuters, des taux de microparticules fines (moins de 2,5 microns) supérieurs à 1 000 ont été relevés dans certaines parties de la ville. Harbin a donc dépassé le taux record de 800 constaté à Pékin l’hiver dernier. La faute notamment aux chauffages au charbon, qui ont été relancés hier. Il faisait 4 degrés ce lundi matin dans la capitale du Heilongjiang. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), un indice supérieur à 300 est considéré comme dangereux et le seuil maximal quotidien doit rester inférieur à 20. Le compte officiel weibo du bureau de la météo de la ville précise que la visibilité est tombée à moins de dix mètres à certains endroits.

    Chauffage au charbon et brûlis dans les champs

    Selon l’agence Zhongxin, trois facteurs ont conduit à cette situation de « brouillard » exceptionnel : l’agriculture sur brûlis dans les champs voisins pratiquée chaque automne, le chauffage au charbon et l’absence de vent. Ce n’est pas la première fois qu’une grande ville de province est ainsi affectée par la pollution. Il y a quelques jours, Zhengzhou, la capitale du Henan au centre du pays, était également plongée dans le brouillard. Même chose pour Wuhan, la capitale du Hubei, plus au sud, en juin 2012.

    Humour noir des internautes

    La pollution fait également tousser les internautes, qui toute la journée ont rivalisé d’humour sur les réseaux sociaux. Parmi les messages les plus drôles relevés ce lundi : « A Harbin aujourd’hui, nul besoin de fermer les yeux pour jouer à cache-cache », « Aujourd’hui ce sont les poumons des habitants de Harbin qui servent d’aspirateurs à particules. »

    Mais encore : « Rassurez-vous les Pékinois, vous n’êtes plus seuls, question pollution Harbin a fini par sortir du chapeau », écrit un journaliste du Quotidien du tourisme de la Chine sur son compte weibo. Avec aussi une pointe de romantisme parfois : « Vous connaissez la plus longue distance du monde ?, demande une internaute amoureuse. C’est quand je prends ta main à Harbin et que je ne vois pas ton visage. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.