GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
Aujourd'hui
Jeudi 1 Septembre
Vendredi 2 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Quand Tagore racontait les servitudes et le désarroi de la femme indienne

    media Rabindranath Tagore (vers 1930). Hulton Archive/ Getty Images

    Traduit en 2003 en anglais, inédit jusqu’à récemment en France, Kumudini de l'Indien Rabindranath Tagore, que publient les éditions Zulma, rappelle que son auteur n’était pas que poète mais aussi un très grand romancier qui puisait ses thématiques dans les maux sociaux de son pays. Il y a du Zola et du Tolstoï dans ce roman « transgressif » que les éditeurs indiens de Tagore ont tardé à mettre en avant, sans doute de peur de choquer son lectorat.

    Il y a cent ans, l’Indien Rabindranath Tagore, originaire de la province indienne du Bengale, recevait le prix Nobel de littérature. Premier écrivain d’Asie à se voir attribuer cette récompense prestigieuse, Tagore n’avait alors que 52 ans et avait écrit essentiellement de la poésie et des chansons en Bengali, sa langue maternelle. C’est cette poésie foisonnante, empreinte d’un romantisme mystique que le jury Nobel avait tenu à distinguer, donnant un écho mondial à l’originalité de son art poétique.

    Or dans son pays, Tagore n’est pas seulement poète, il est aussi connu pour ses essais et surtout pour ses romans qui racontent à travers des analyses psychologiques d’une grande sensibilité les heurs et malheurs de la société indienne au tournant du XXe siècle. Il est l’auteur de 8 romans (12 si on compte les novellas ou les longues nouvelles) qui ont révolutionné la fiction bengalie et servent encore de modèles aux romanciers bengalis contemporains tant pour leur traitement lucide des thèmes sociaux et politiques que pour leur capacité à déployer ces thématiques dans toute leur ampleur dramatique et sentimentale.

    Découverte tardive

    Kumudini est un des grands romans bengalis du 20è siècle, signé Rabindranath Tagore. Zulma

    Pour les spécialistes de Tagore, ses romans se répartissent en fiction de la domesticité et fiction politique. Mais toutes les deux catégories ont pour cadre le Bengale du XIXe siècle, en proie à des bouleversements intellectuels et sociaux résultant de la colonisation. Cette période connue comme l’époque de la « renaissance bengali » constitue le fond et l’arrière-fond de Kumudini, un roman de la domesticité, qui vient de paraître en traduction française. C’est en 1927 que Tagore commença à écrire Yogayog (titre en Bengali, ce qui signifie « Relations »), en feuilleton, pour une revue littéraire mensuelle, avant de le publier sous la forme de livre deux ans plus tard.

    Chose étrange, il va falloir attendre le début des années 2000 pour que ce roman soit traduit en anglais, alors que les autres romans et nouvelles du prix Nobel indien ont été traduits depuis belle lurette. On constate le même phénomène pour la traduction en français de ce roman. Il a été oublié par les éditeurs qui se sont pourtant intéressés à l’œuvre de Tagore dès le lendemain de son Nobel. Rappelons que Gitanjali, le recueil de poésies qui valut à l’écrivain le prix Nobel en 1913, fut traduit en français dès 1917 par André Gide en personne, sous le beau titre de L’Offrande lyrique. La traduction de son célèbre roman La Maison et le monde date de 1924 !

    Pourquoi a-t-il fallu attendre si longtemps pour lire en anglais ou en français Kumudini, qui est sans doute l’un des romans les plus poignants et les plus inspirés du maître ? Pour la traductrice France Bhattacharya, cette découverte tardive tient à l’aspect profondément transgressif de ce roman. En effet, Tagore s’y attaque, à travers une fiction puissante et grave, au poids de la tradition, aux maux du patriarcat et à la place problématique de la femme. Les questions que le romancier y pose sur la place de la femme dans l’hiérarchie familiale, sur son libre arbitre, demeurent encore d’une grande actualité dans la société indienne où la femme n’est toujours pas libre, réduite à son statut peu enviable du « deuxième sexe ».

    Quête entravée 

    « Dans notre pays aussi, lorsque les femmes, libérées des entraves artificielles

    obtiendront la plénitude de leur humanité, les hommes aussi atteindront leur plénitude », écrivait Tagore en 1922, dans une lettre à un ami. Cette quête de la plénitude constitue le principal mouvement de Kumudini. Elle est incarnée par le personnage éponyme. Jeune femme de dix-neuf ans, issue d’une famille de haute caste de propriétaires terriens, Kumudini a été élevée par son frère aîné, célibataire et athée, qui lui aura tout enseigné : la musique, la littérature, le sanskrit, les échecs, la photographie, les arts. Eduquée dans une culture libérale et humaniste, consciente de ses potentiels, Kumudini connaîtra le drame en s’alliant, dans le cadre d’un mariage arrangé, avec un riche marchand plus âgé qu’elle. Le monde idéal de la jeune femme s’effondre face à la violence morale que son mari tyrannique et rustre exerce sur elle pour la soumettre à sa volonté.

    Kumudini se rebelle et part rejoindre son frère aîné tant aimé, qui l’accueille à bras ouvert, mais celui-ci ne saura la protéger longtemps contre son destin de femme réduite au silence dans une société traditionnelle où l’homme a toujours et encore le dernier mot. Malgré sa fin tragique, c’est la lente initiation de Kumudini aux cruautés de son monde, sa révolte dont les lecteurs se souviennent, une fois le livre refermé.

    Les pages les plus mémorables de ce bildungsroman au féminin sont celles de la clôture où à travers la voix du frère aîné de l’héroïne, le romancier raconte les humiliations et les oppressions auxquelles la société patriarcale soumet ses femmes. Concluant ses propos sur un ton impérial, faisant de son héroïne la représentante du genre féminin dans son ensemble, il rappelle à l’ordre les monstres qui se font passer pour hommes : « Celui qui a créé Kumu (c'est-à-dire la femme) l’a façonnée avec un immense respect. Personne n’a le droit de l’humilier, pas même un empereur ! »

    Kumudini, par Rabindranath Tagore. Traduit du Bengali par France Bhattacharya. Editions Zulma. 380 pages. 22 euros.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.