GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Cambodge: au procès des Khmers rouges, Nuon Chea et Khieu Samphan clament leur innocence

    media Affiche sur laquelle figurent Nuon Chea (G) et Kieu Samphan (C), respectivement idéologue et chef de l’Etat du régime des Khmers rouges. AFP/TANG CHHIN SOTHY

    Ce jeudi 31 octobre marque le 222ème et dernier jour d’audience au procès de Khieu Samphan et Nuon Chea au Cambodge. Le chef d’Etat et l’idéologue du régime khmer rouge sont jugés à Phnom Penh pour crime contre l’humanité. Deux millions de personnes ont été tuées entre 1975 et 1979. Le verdict ne sera rendu qu’en 2014. Mais ce matin, la parole était aux deux accusés.

    Avec notre correspondante à Phnom Penh, Stéphanie Gee

    Deux heures de procès n’auront guère modifié les positions des deux accusés. Les octogénaires continuent de mettre en avant leur patriotisme, leur amour du peuple, leur ignorance de la tragédie qui s’est jouée sous leur régime, et au final, de clamer leur innocence. L’ancien idéologue khmer Nuon Chea, pointe du doigt un voisin vietnamien expansionniste à l’origine, selon lui, de tous les maux. Pendant plus d’une heure, il prend des libertés avec l’histoire, reconnaît une responsabilité morale, et demande l’acquittement.

    Khieu Samphan, l’ancien président du régime, se contentera de demander à la cour de rendre justice. Mais toute sa déclaration revient à dire qu’il y a erreur sur sa personne. Il n’est pas le monstre décrit en audience. Tout le monde est convaincu de sa culpabilité. Personne ne veut l’entendre, regrette-t-il. «Il est trop facile, lance-t-il, d’affirmer que j’aurai dû tout prévoir, tout comprendre, et d’intervenir pour corriger la situation à l’époque».

    Ce procès, conclut-il, ne lui aura pas donné l’occasion de s’expliquer. Dans le public, les Cambodgiens ne mordent guère au discours des accusés.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.