GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Jeux vidéo en ligne, un fléau assimilable à une drogue en Corée du Sud

    media Un adepte de jeux vidéo en ligne dans un cybercafé à Séoul. Jean Chung/Bloomberg via Getty Images

    La Corée du Sud, premier pays au monde à avoir créé un championnat professionnel de jeux vidéo, envisage aujourd’hui d’assimiler les jeux en ligne à une drogue. Un député sud-coréen a en effet soumis au Parlement une loi qui considère que les jeux sur Internet créent une dépendance si forte qu’ils doivent être mieux régulés et que les joueurs doivent être traités comme des malades mentaux. Cette proposition a immédiatement enflammé les réseaux sociaux sud-coréens.

    La proposition soumise par le député conservateur Shin Eui-jin définit les jeux en ligne comme l’un des «quatre principaux vices», aux côtés de l’alcool, des drogues, et des paris. Sa loi prévoit de créer une commission de régulation des jeux, et d’offrir un traitement médical aux joueurs considérés comme dépendants. Si elle est votée, elle se rajoutera à une longue liste de régulations très fortes qui existent déjà en Corée du Sud. La plus célèbre, surnommée «Loi Cendrillon», coupe l’accès aux jeux en ligne pour les joueurs de moins de 16 ans entre minuit et 6h.

    Les internautes sud-coréens furieux

    Sur les réseaux sociaux, le projet est descendu en flèche. «Les gens développent une peur irrationnelle face à tout ce qu’ils ne comprennent pas», proteste un joueur via Twitter. Un autre rappelle qu’il ne faut pas confondre cause et symptôme, et estime que le système scolaire coréen soumet les enfants à une pression si intense qu’il ne faut pas s’étonner si ceux-ci cherchent, via les jeux, à s’échapper de la réalité. 230 000 personnes ont déjà signé une pétition en ligne pour le retrait de la loi. Quant à l’industrie du jeu vidéo, elle a déclaré que cette loi «signait son arrêt de mort». Elle brandit l’argument économique : ses exportations ont rapporté l’année dernière 3 milliard de dollars, le secteur est extrêmement dynamique et représente des dizaines de milliers d’emplois. Les éditeurs de jeux assurent que les régulations existantes les rendent déjà de moins en moins compétitifs face à leurs concurrents étrangers.

    Une lutte nationale contre l'addiction au net

    Les psychologues sud-coréens observent en effet chez certains jeunes qui passent trop de temps en ligne des phénomènes d’isolement très fort, voire même de désocialisation. Certains enfants éprouvent de grandes difficultés à interagir avec leur entourage dans la vraie vie. Mais des internautes font remarquer que les parents ont sans doute un rôle à jouer face à ce problème, plutôt que l’Etat. Et ce qui constitue un paradoxe très fort, c’est que le gouvernement, tout en exprimant son inquiétude face aux jeux en ligne, a aussi pour projet de remplacer dans les écoles tous les livres par des tablettes. Ce qui, en pratique, va obliger les petits Sud-Coréens à utiliser des ordinateurs de plus en plus tôt. Ce qui, selon des psychologues, serait très nocif au développement des enfants ! Cette grande lutte nationale contre l’addiction au net en Corée du Sud semble manquer un peu de cohérence.

    Pour en savoir plus :

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.