GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Août
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Aujourd'hui
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Typhon Haiyan: le Vietnam se terre, les Philippines en plein chaos

    media Dans le sud de la Chine aussi, dans la province du Hainan, une alerte rouge a été déclenchée en prévision des vents violents du typhon Haiyan, le 10 novembre 2013. REUTERS/China Daily

    L'ampleur des dégâts commis par le typhon Haiyan aux Philippines est encore impossible à estimer tant les régions touchées par la catastrophe sont encore isolées et les communications (routes et télécommunications) difficiles à rétablir. Peut-être plus de 10 000 morts selon les autorités et les secours arrivent du monde entier. Le typhon continue sa route. Il a touché les côtes du Vietnam, où la population se terre, même s'il a perdu de sa puissance et le sud de la Chine où au moins six personnes ont été tuées selon les médias officiels.

    Article mis à jour régulièrement

    Le typhon a touché terre au Vietnam, sur la côte est, à 160 kilomètres de la capitale Hanoï. Lorsque le typhon Haiyan était sur les Philippines, il avançait avec des vents allant jusqu’à plus de 350 kilomètres/heure, du jamais vu sur la terre ferme depuis que les mesures météorologiques existent.

    A son arrivée sur les côtes vietnamiennes, il a perdu de sa force mais les vents soufflent encore entre 120 et 160 kilomètres/heure. Ce sont les pluies diluviennes qui l’accompagnent qui pourraient provoquer inondations et glissements de terrains.

    La Chine aussi

    Dans le pays, 600 000 personnes ont été évacuées et à Hanoï, les gens stockent la nourriture, pour plusieurs jours, en attendant Haiyan. Le typhon qui est déjà passé sur l’île vietnamienne de Con Co, à 18 kilomètres des côtes, dans le centre du pays. Les 250 personnes qui y résident ont été évacuées dans des refuges souterrains, avec suffisamment de nourriture pour tenir plusieurs jours selon un journal local.

    Les bateaux dans beaucoup de régions ont été rappelés aux ports, plusieurs centaines de vols annulés et les écoles pour la plupart ont été fermées dans le nord. La Chine, qui partage une frontière avec le Vietnam, au nord justement, a émis une alerte rouge au typhon, c’est la plus forte pour le pays. Le typhon a déjà fait au moins six morts dans le sud du pays ont rapporté lundi matin les médias officiels chinois.

    Un bilan très lourd aux Philippines

    Aux Philippines, où le typhon est arrivé vendredi, les autorités parlent de 10 000 morts et 2 000 disparus, au moins. Ce sont deux îles du centre de l’archipel, Leyte et surtout Samar, qui ont été les plus frappées, ravagées serait-on tenté de dire par ces vents allant à plus de 350 kilomètres heure et par des vagues géantes sur la côte.

    → A (RE)LIRE: Aux Philippines, paysages de désolation après le passage de Haiyan

    « La situation est très mauvaise, on ne peut pas la décrire autrement. Tout a été dévasté. Il y a plein de débris sur les routes. Les logements ont été détruits. Il n'y a pas de nourriture, il n'y a pas d'abri, on craint les maladies infectieuses qui se propagent par l'eau infestée. Nous avons réussi à nous rendre dans plusieurs zones affectées par le typhon, mais il y a encore des zones du pays, assez étendues, qui ont été touchées et que nous n'avons pas pu visiter. Il y a beaucoup de victimes, mais comme nous n'avons pas réussi à nous rendre partout, nous ne pouvons pas dire combien de personnes sont mortes », témoigne Orla Sagan de l'OCHA (l'Office de la coordination pour les affaires humanitaires) des Nations unies, interrogée dimanche par RFI.

    Sécuriser les régions touchées contre les pillards

    Les populations démunies errent en quête de nourriture et en ce moment le problème ce sont les pillards. Outre des magasins, un convoi d’aide de la Croix Rouge a déjà été pillé près de la ville car les rescapés sont épuisés, affamés et ils ont besoin de médicaments. Le gouvernement philippin a déployé des soldats, à peine une centaine dans la principale ville de Leyte, Tacloban. En visite dans la région sinistrée dimanche, le président philippin Benigno Aquino a annoncé le déploiement d’effectifs supplémentaires de militaires à Tacloban et envisage d'y imposer la loi martiale ou l'état d'urgence pour sécuriser la ville.

    Vue aérienne de Tacloban, ville de l'île de Leyte, dévastée par le typhon Haiyan, le 9 novembre 2013. Reuters

    L'aide internationale se met en place

    Le monde entier envoie de l'argent et des secours, mais pour le moment l’aide a du mal à arriver dans ces zones dévastées. « Les conditions matérielles sont apocalyptiques, ce qui rend d’ailleurs l’acheminement de l’aide extrêmement complexe, puisqu’il faut bien distribuer l’aide par l’intermédiaire d’avions, de véhicules, explique Bruno David de l'ONG Action contre la Faim qui a envoyé une équipe sur place dès dimanche. Je rappelle que les Philippines sont un archipel, et donc sur tout le passage du typhon, les systèmes de navigation sont indispensables aussi pour pouvoir distribuer entre les îles les différents soutiens aux populations. Et ce qui fait qu’aujourd’hui nombre de personnes sont totalement inatteignables, sont coupées du monde. Aucun bateau et aucune route praticable, d’une manière ou d’une autre. Donc les survols se font essentiellement en hélicoptère et en avion pour l’instant. »

    L'ONU via le Programme alimentaire alimentaire mondial, des ONG internationales, les pays voisins, la diaspora philippine... la mobilisation est générale et il faut faire vite car, comme l'explique Hervé Delphin, chef de cabinet de la Commissaire européenne chargée de l'aide humanitaire et de la réaction aux crises, « nous avions pris tous les devants pour réagir dans les plus brefs délais, sachant que pour retrouver les survivants et apporter une aide, ce sont les 40-72 premières heures qui sont critiques ». La Commission européenne débloque trois millions d'euros pour les premiers besoins d'urgence aux Philippines.

    → A (RE)LIRE: Philippines: les secours peinent à atteindre les victimes du typhon Haiyan

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.