GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Décembre
Mercredi 20 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le procès en Belgique de Salah Abdeslam a été reporté au 5 février 2018 (tribunal de Bruxelles)
    • Afghanistan: attaque en cours contre un centre d'entraînement militaire à Kaboul (ministère)
    • L'aviation israélienne bombarde des positions du Hamas à Gaza après des tirs de roquettes sur le sud d'Israël (armée)
    • L'électricité a été rétablie à l'aéroport d'Atlanta, aux Etats-Unis, après une panne géante (aéroport)
    Asie-Pacifique

    Catastrophe de Fukushima: l’opération la plus délicate est en cours

    media Des ouvriers sur le site de la centrale de Fukushima, le 7 novembre 2013. REUTERS/Kimimasa Mayama

    Le retrait de centaines de barres de combustible usées ou non stockées dans la piscine suspendue du réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Fukushima a commencé ce lundi 18 novembre. C'est l'opération la plus délicate et la plus dangereuse entreprise depuis que le site a été déclaré «stabilisé et en état d'arrêt froid de ses réacteurs» à la mi-décembre 2011. Cette opération, sans précédent dans l'histoire des accidents nucléaires, devrait durer deux ans.

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    La piscine du réacteur n°4 est perchée à une trentaine de mètres de hauteur. Elle repose sur une structure fragilisée par une explosion d’hydrogène. Son opérateur Tepco a tout prévu, même le pire, avant de retirer les 1 500 barres de combustible stockées dans la piscine. Le pire, c’est un arrêt du refroidissement de ces barres durant leur retrait du bassin et leur transfert dans la piscine commune de Fukushima.

    → A (RE)LIRE : Fukushima: le plan à 360 millions des Japonais pour mettre fin au désastre

    Un arrêt du refroidissement de ces barres de combustible pourrait être catastrophique. Il provoquerait une réaction nucléaire, un rejet de césium 137 dans l’atmosphère d’une quantité dix fois supérieure à celle de Tchernobyl. Et dans ce scénario du pire, il faudrait évacuer Tokyo.

    Des barres endommagées lors d'un transfert en 1982

    La piscine, vient-on d’apprendre, contient des barres de combustible qui ont été endommagées bien avant l’accident nucléaire, lors d’une mauvaise manipulation à la suite d’un transfert en 1982.

    Ces barres sont déformées et ne peuvent pas être placées dans un caisson, avant d’être transférées dans la piscine commune de Fukushima.

    → A (RE)LIRE : Japon: les eaux contaminées de Fukushima

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.