GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 15 Décembre
Lundi 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    La Chine a marché sur la Lune

    media Un modèle du véhicule lunaire chinois, surnommé «Lapin de jade», exposé au nouveau centre des expositions de Shangaï, en novembre 2013. ChinaFotoPress via Getty Images

    La Chine est devenue ce samedi 14 décembre 2013 la troisième nation à se poser sur la Lune. Après les Etats-Unis et l’URSS, la sonde chinoise Chang'e-3, avec à son bord le véhicule d’exploration «Lapin de jade» a réussi son premier alunissage. Aucun pays n’avait tenté ce défi depuis 1976.

    Avec notre correspondante à Shanghai, Delphine Sureau

    Pendant les 12 minutes de l’alunissage, toute la Chine a retenu son souffle. L’opération était délicate. Pékin est désormais fier d’avoir prouvé qu’elle peut faire aussi bien que les Etats-Unis et la Russie.

    Une fois la sonde Chang'e-3 posée sur la Lune, elle a libéré le Lapin de jade, un engin tout terrain téléguidé et bourré d’électronique. Il va faire des analyses géologiques, jusqu’à 100 mètres de profondeur, ce qui constitue une première sur la Lune. Il enverra aussi des images 3D vers la Terre.

    Un sol riche en Hélium 3

    Si la Chine s’intéresse au sol lunaire, c’est notamment parce qu’il est riche en Hélium 3, un gaz qui pourrait révolutionner la fusion nucléaire. Si un jour Pékin arrive à l’exploiter, ce serait une immense source d’énergie.

    La Chine est aussi bien décidée à rattraper son retard dans l’espace. Elle prévoit d’envoyer un homme sur la Lune en 2025. Et avant cela, elle doit construire sa propre station spatiale.

    Celle-ci pourrait être opérationnelle en 2022. Justement quand sa rivale, la station spatiale internationale (ISS), doit prendre sa retraite.

     → À (RE)LIRE : La Chine envoie dans l'espace un nouveau module pour sa future station spatiale

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.