GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Au Cambodge, l'opposition ne fléchit pas et durcit ses positions

    media Manifestation de l'opposition dans le parc de la Liberté, à Phnom Penh, le 15 décembre 2013 REUTERS/Samrang Pring

    Les opposants à Hun Sen continuent de contester les résultats des législatives. Ce scrutin a certes abouti à la victoire au parti au pouvoir, mais a offert à l'opposition un score sans précédent, et celle-ci dénonce des fraudes massives. Depuis plus de quatre mois, les députés contestataires refusent de siéger, et les manifestations se multiplient, comme ce dimanche 15 décembre à Phnom Penh.

    Avec notre correspondante à Phnom Penh, Stéphanie Gée

    Dans l'assemblée bigarrée venue écouter les leaders de l'opposition, les laissés-pour-compte du développement, pour la plupart venus des campagnes, constituent la majorité. On applaudit, on répète à tue-tête, sous un soleil de plomb, les slogans lancés par les deux visages de l'opposition, Kem Sokha et Sam Rainsy.

     → À (RE)LIRE : Législatives au Cambodge: l'opposition demande une enquête sur des irrégularités

    Les messages ont changé. Les chefs n'appellent plus à la constitution d'un comité indépendant pour examiner les irrégularités du scrutin législatif, mais à l'organisation de nouvelles élections.

    Ils ne se contentent plus de critiquer le Parti du peuple cambodgien (PPC), qui gouverne le pays depuis plusieurs décennies, mais réclament la tête du Premier ministre avec comme nouveau cri de ralliement « Hun Sen démission ! ».

    → À (RE)LIRE :  Cambodge: bonne mobilisation pour le dernier jour de grève de l'opposition

    Les supporters ne sont que quelques milliers. Après les discours, les leaders les embarquent dans une petite marche dans la capitale pour propager cette revendication.

    Le président Sam Rainsy cite en exemple la chef du gouvernement thaïlandais qui, sous la pression de la rue, a décidé de dissoudre le Parlement, suggérant que Hun Sen en fasse autant.

    Et tant que ce dernier s'obstinera à ne pas bouger, il promet que ses troupes ne quitteront pas l'esplanade réservée aux manifestations. Si l'opposition échoue à mobiliser davantage les foules, elle pourrait sortir affaiblie de ce bras de fer.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.