GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 2 Octobre
Lundi 3 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Chine: des affrontements entre la police et des indépendantistes ouïghours font 16 morts

    media Dans le Xinjiang, le contrôle policier s'est intensifié, comme en témoigne cette photo, prise à Urumqi, le 17 novembre 2013. REUTERS/Rooney Chen

    Seize personnes, parmi lesquelles deux policiers, ont été tuées lors d'une opération des forces de l'ordre dans la région musulmane du Xinjiang, à l’ouest de la Chine. Selon les autorités chinoises, des policiers seraient venus procéder à des interpellations dimanche, lorsqu’ils ont été attaqués par des hommes armés d’explosifs et de couteaux.

    Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

    Les autorités du Xinjiang demeurent imprécises quant aux motifs qui ont amené les policiers à intervenir sur place. Tout ce que l’on sait, pour le moment, c’est que la foule en colère s’en est prise aux forces de l’ordre dans le village de Shufu dimanche soir vers 23h.

    Selon Luo Fuyong, le responsable de la propagande de la région autonome joint au téléphone par RFI, « les policiers étaient venus arrêter des personnes suspectes, quand ont surgi des gens violents armés de couteaux et d’explosifs. »

    Selon les autorités encore, les forces de l’ordre ont « répondu avec fermeté », 14 personnes ont été tuées, dont deux policiers. Ce n’est pas la première fois que de tels affrontements meurtriers éclatent près de la ville de Kachgar, ancienne oasis de la route de la soie.

    → À (RE)LIRE Le parti islamique du Turkestan revendique l'attentat de la place Tiananmen

    Le mois dernier déjà, l’attaque d’un poste de police par des émeutiers armés de couteaux et de haches avait fait onze morts, dont deux agents également. Ce lundi après-midi, la porte-parole de la diplomatie chinoise, Hua Chunying, a de nouveau accusé des « terroristes violents » d’être à l’origine de l’émeute.

    « Cela montre une nouvelle fois le vrai visage de la terreur, a-t-elle déclaré. Cette conspiration est vouée à l’échec. » On note que ce nouveau conflit survient alors que la région autonome musulmane à l’extrême ouest du pays fait a nouveau l’objet d’une surveillance accrue. Et ce, depuis l’explosion en octobre dernier d’une voiture immatriculée au Xinjiang place Tiananmen, qui a tué les trois occupants du véhicule et deux touristes. Les autorités avaient alors pointé du doigt « les islamistes du mouvement du Turkestan oriental ».

    → A (RE)LIRE : La Chine adopte une nouvelle loi antiterroriste en réponse aux violences dans le Xinjiang

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.