GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 31 Juillet
Lundi 1 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Turquie: une enquête anti-corruption aux trois visages

    media Des étudiants manifestent contre l’AKP à Ankara, le 21 décembre 2013. REUTERS/Umit Bektas

    Trois affaires au cœur de la vaste enquête anti-corruption : l’une pour des permis de construire illégaux, l’autre pour des malversations liées aux projets immobiliers de l’office du logement subventionné, la troisième pour blanchiment d’argent et transfert illicite d’or avec l’Iran. Parmi les personnes écrouées ce samedi 21 décembre figure le directeur général de la banque publique Halkbank, Süleyman Aslan, chez qui on a trouvé 4,5 millions de dollars en petites coupures.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    « La Halkbank a joué un rôle important dans les relations entre la Turquie et l’Iran, et elle continuera ». Ces mots de l’ambassadeur iranien en Turquie, Ali Reza Bikdeli, datent de la fin novembre et illustrent bien le rôle de premier plan de la Halkbank dans le commerce entre les deux pays.

    Un commerce en violation de l’embargo dont la République islamique est frappée, qui est dénoncé depuis quelque temps déjà par les Etats-Unis ainsi qu’Israël. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le chef du gouvernement dénonce des manœuvres et un complot de l’étranger.

    Des dizaines de milliards de dollars

    Le principe en est simple : le pétrole et le gaz achetés à la Turquie sont payés sur des comptes à la Halkbank, mais comme cet argent ne peut être transféré en Iran depuis les restrictions imposées par les Etats-Unis et l’Union européenne en 2010 et surtout 2012, il sert à acheter de l’or, exporté ensuite vers Téhéran. L’Inde a la réputation d'utiliser les mêmes comptes pour le paiement de ses achats d’hydrocarbures iraniens.

    A (RE)LIRE: Opération anti-corruption en Turquie: deux fils de ministres inculpés

    Des échanges qui se montent à plusieurs dizaines de milliards de dollars chaque année. Le principal responsable de ces transactions serait l’homme d’affaires iranien naturalisé turc, Reza Zarrab, l’un des suspects écroués samedi matin qui aurait corrompu de nombreux hauts fonctionnaires pour maquiller son trafic.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.