GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: les défis du Parti de l'homme ordinaire

    media Supporters d'Arvind Kejriwal, le 8 décembre à New Delhi. REUTERS/Anindito Mukherjee

    Le parti anticorruption Aam Admi, fondé il y a un an seulement par les militants du mouvement d'Anna Hazare, va prendre la tête du nouveau gouvernement régional de New Delhi. Le 4 décembre, le Parti de l'homme ordinaire (en hindi) a remporté un tiers des sièges de l'Assemblée régionale. Il n'a cependant pas la majorité absolue et c'est donc grâce au soutien de son adversaire électoral, le Congrès, qu'il pourra former un gouvernement. Une situation instable pour un parti qui a promis des changements radicaux à ses électeurs de la capitale indienne...

    Avec notre correspondant en Inde, Sébastien Farcis

    Il y a encore un an, les politiciens le prenaient pour un simple agitateur gênant mais passager. Aujourd'hui, Arvind Kejriwal, ancien cadre supérieur de la fonction publique et leader du mouvement anticorruption, est devenu l'un des hommes politiques les plus influents du pays. Il s'installe jeudi prochain à la tête du gouvernement régional de la capitale indienne.

    Gens ordinaires

    Il s'est appuyé pour cela sur des gens ordinaires, anciens militaires, journalistes locaux ou travailleurs sociaux, qui étaient tous impliqués dans les combats de leur quartier, parfois au risque de leur vie, et ont été élus contre des politiciens chevronnés, dans un vent d'idéalisme impressionnant.

    Trois promesses

    Le parti de l'Aam Admi devra maintenant tenir trois promesses : réduire le prix de l'électricité de 50% à New Delhi, distribuer 700 l d'eau gratuites par jour et par foyer, et instaurer un puissant organisme anti-corruption indépendant. Certains affirment que les deux premières mesures sont intenables, à moins de creuser dangereusement le déficit public. Son défi sera surtout de durer car le Parti du Congrès pourrait rapidement retirer son soutien à ce gouvernement à l'approche des élections législatives d'avril 2014.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.