GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Plusieurs centaines de personnes se revendiquant des «gilets jaunes» sont rassemblées à Paris ce samedi matin
    • Mondial 2019 de rugby au Japon: la France bat l'Argentine 23-21 dans un match capital pour la qualification
    • Chantier de Notre-Dame: «pas de pression» sur le calendrier des travaux (Franck Riester au «Parisien»)
    • Les Gardiens de la révolution préviennent que tout pays qui attaque l'Iran sera «le champ de bataille» (Hossein Salami)
    Asie-Pacifique

    Au Cambodge, Sam Rainsy juge la situation «propice à la négociation»

    media Sam Rainsy, président du Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP), en conférence de presse à Phnom Penh, le 7 janvier 2014. REUTERS/Samrang Pring

    Pour l'heure, le blocage politique serait presque relégué au second plan. En fin de semaine dernière, le débordement de certaines manifestations ouvrières, que les autorités ont matées dans le sang, suscite communiqués d'indignation et appels au calme. Une interdiction provisoire de tout rassemblement public prive l'opposition cambodgienne de son principal champ de bataille : la rue. Les dirigeants de l'opposition doivent être prochainement entendus par un tribunal sur leur responsabilité dans le désordre social causé. Le leader Sam Rainsy dit pourtant entrevoir une possible sortie de crise.

    Avec notre correspondante à Phnom Penh, Stéphanie Gee

    Fer de lance depuis plus de cinq mois de la contestation du régime en place, l'opposition cambodgienne ne désarme pas. Elle entend solliciter une enquête internationale sur les violences commises à l'encontre des manifestants, et poursuivre son combat pacifique en province.

    Pourtant, souligne son président Sam Rainsy, les deux partis pourraient reprendre langue : « Il y a deux forces, décrit-il. Il y a la force du soutien populaire et la force de l’armée, la force brutale des armes. Chacun des deux côtés a fait sa démonstration. Ce n’est pas la peine de faire des démonstrations tous les jours. »

    Et d'en tirer la conclusion suivante : « Maintenant, on se jauge, on sait les limites des uns et des autres. Donc, c’est bon, c’est propice à la négociation, ça suffit. »

    Le rêve d'une transition pacifique à la Birmane

    Un accord pourrait se dessiner pour mettre fin au bras de fer avec le parti au pouvoir. Sam Rainsy précise : « On se sonde mutuellement. Pour qu’une formule soit acceptable, il faut de nouvelles élections. Donc le compromis, ce sont des nouvelles élections, des élections anticipées, sans référence aux dernières élections, seulement pour résoudre la crise post-électorale actuelle. »

    L'organisation d'un scrutin avancé à mi-mandat, explique-t-il, nécessiterait un amendement de la Constitution. Mais elle pourrait rapprocher les deux rivaux. Si Sam Rainsy dit rêver d'une transition pacifique à la Birmane, il conditionne le retour au dialogue à la levée de toute contrainte, à commencer par l'arrêt des pressions judiciaires et la restauration des libertés.

    → À (RE)LIRE : Cambodge: le gouvernement reprend la main sur l'opposition

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.