GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Juin
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Les 120 chiens affamés de Kim Jong-un et le grand n'importe quoi nord-coréen sur le web

    media Le leader nord-coréen Kim Jong-un (D), devant son oncle Jang Song-thaek, lors d'une parade militaire à Pyongyang. REUTERS/Kyodo/File

    Le dictateur nord-coréen Kim Jong-un a-t-il fait dévorer son oncle par 120 chiens affamés ? Cette blague lancée sur le web chinois s’est pourtant retrouvée publiée, un mois plus tard, comme une vraie nouvelle par des médias du monde entier. Avec la Corée du Nord, les rumeurs et internet constituent un cocktail pour le moins explosif, quitte à oublier au passage quelques règles de base du journalisme.

    De notre correspondant à Séoul,

    Début décembre, Jang Song-thaek, considéré comme le numéro deux du régime nord-coréen, oncle et mentor du numéro un Kim Jong-un, est accusé de trahison, jugé, puis exécuté. Le 11 décembre, un message satirique est mis en ligne sur Weibo, le site chinois de micro-blog, message qui prétend que Jang et ses proches ont été tués par des chiens affamés. Une « blague » reprise comme une info par un tabloïd hong-kongkais, le Wen Wei Po, qui affirme que Jang a été dévoré par 120 chiens.

    Racolage nord-coréen

    Cette info très improbable se voit pourtant reprise telle quelle par de très nombreux médias étrangers, et nombre de sites webs de journaux français, qui la publient sans rien vérifier. Jusqu’à ce qu’un journaliste du quotidien américain Washington Post montre que cette rumeur était fausse. Cette affaire n’est pas la première ; il semble qu’avec la Corée du Nord, c’est comme si les médias oubliaient l’une des règles essentielles du journalisme : la vérification. Les rumeurs les plus racoleuses sont publiées sans hésitation. On se souvient l’été dernier des allégations, toujours pas vérifiées, concernant l’exécution d’une chanteuse qui aurait été l’ex-fiancée de Kim Jong-un.

    Le Daily NK à Séoul, bien informé

    Il est effectivement très difficile pour un journaliste de couvrir des sujets nord-coréens.
    Le pays est considéré comme le plus fermé de la planète, et les rares journalistes qui parviennent à s’y rendre sont contrôlés de très près. Mais cette difficulté sert d’excuse. Avec la Corée du Nord, nombre de journalistes s’autorisent à publier n'importe quoi, puisque de toute façon rien ne peut être vérifié. Ce qui est de moins en moins vrai : il y a par exemple des ONG en Corée du Sud, des associations de réfugiés nord-coréens, qui disposent de réseaux d’informateurs au Nord, avec lesquels ils communiquent par téléphones portables, et qui sortent de vraies informations. Plusieurs de ces groupes ont même des sites web en anglais, comme par exemple le Daily NK, à Séoul.

    Les purges en Corée du Nord ne sont pas une blague


    Cette couverture médiatique sensationnaliste a des conséquences. Nombre de médias traitent la Corée du Nord comme une vaste blague, ce qu’elle n’est pas : les purges, la répression, les camps de prisonniers politiques, l’idéologie militariste sont des problèmes graves. Si on veut comprendre les rouages d’un régime qui parvient à maintenir un pouvoir de fer depuis plus de 60 ans, alors il faut en parler avec le plus de rigueur possible. Sans compter que cette couverture médiatique caricaturale décourage tout projet de coopération humanitaire, culturel, académique… des coopérations qui pourraient aider à ouvrir le pays et à sortir la population de son isolement. Le régime nord-coréen doit être pris au sérieux, et le traiter à la légère ne peut qu’aggraver le problème.

    Pour en savoir plus :

    • Chronologie d'une info non verifiée par les sites du Parisien, de Métronews et d’Europe 1, par Arrêt sur Images : « Chiens nord-coréens : publier d’abord, vérifier ensuite »
    • Le papier du Washington Post qui démonte la rumeur
    • Les origines de la rumeur sur les 120 chiens avec Reuters (en anglais)
    • Le billet d’un blogueur de Slate à Séoul critiquant un article du Monde, qui a affirmé (en déformant les propos d’une source anonyme d’un quotidien sud-coréen) que «Kim Jong-un était inquiet de la pénurie de femmes vierges» : « Désinformation »
    • Critique de la couverture réservée à la Corée du Nord dans les médias occidentaux, par le correspondant du Point à Séoul : « Kim et les chiens : la Toile rase gratis »
    • Une correspondante de l’AFP à Séoul parle des difficultés de son travail : « Couvrir le royaume de l’absurde »
    • Le Daily NK, site d’informations sur la Corée du Nord basé à Séoul et qui dispose d’informateurs au Nord

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.