GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    A Singapour, les deux Pussy Riot reprennent le fil du combat pour défendre les droits des prisonniers

    media Les membres du groupe Pussy Riot à Singapour, le 17 janvier 2014. REUTERS/Edgar Su

    Invitées à Singapour par les organisateurs du prix artistique Prudential Eye Awards - destiné à des artistes asiatiques - conscients du buzz que cela aller créer, et pourtant étroitement encadrées lors de leur séjour dans cette cité-Etat qui ne souffre pas la contestation, Maria Alekhina et Nadejda Tolokonnikova ont réussi à fausser compagnie à leurs chaperons. En robes légères, sûres d’elles, souriantes, elles ont répondu avec aplomb aux questions des journalistes. Il y a encore un mois pourtant, elles étaient encore derrière les barreaux !

    Avec notre correspondante à Singapour, Carrie Nooten

    Le nouveau fer de lance des deux Pussy Riot Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina, libérées fin décembre 2013 grâce à une amnistie présidentielle : la protection des droits des prisonniers. En dépit du danger et des intimidations quotidiennes, les deux jeunes mères de famille reprennent le combat après juste deux semaines de vacances en famille.

    Maria Alekhina explique : « On a surtout pris notre temps après les fêtes de Noël. La plupart des gens étaient en vacances, nous sommes parties à la campagne pour passer du temps avec nos enfants. Mais maintenant, il faut se remettre au travail, car personne ne le fera à notre place. Ni le gouvernement, ni la société ne sont intéressés par changer le système carcéral. C’est pour cela que nous le faisons. »

    Sérénité

    Avec leur ONG Zona Prava (Zone du droit), les deux jeunes femmes ont déjà réalisé une première visite en prison il y a trois jours. Cette semaine à Moscou, la Cour Suprême va aussi réexaminer leur procès, pour cause de trois violations à la procédure. Mais Nadejda Tolokonnikova reste sereine : « Il pourrait se passer n'importe quoi puisqu’ils vont revoir l’ensemble de la sentence. Mais comme c’est juste avant les Jeux olympiques, nous ne pensons pas que quoi que ce soit de sérieux en sortira. »

    Les deux Pussy Riot redoutent en revanche qu’une fois les Jeux d'hiver de Sotchi passés, la situation empirera à nouveau.

    En robes légères, sûres d’elles, les Pussy Riot sourient sans cesse et répondent avec aplomb. REUTERS/Edgar Su

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.