GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: une femme victime d'un viol collectif sur ordre d'un conseil de village

    media La police indienne escorte des hommes soupçonnés d'avoir participé au viol de la jeune femme, le 23 janvier 2014. REUTERS/Stringer

    C'est un nouveau crime sexuel qui vient d'ébranler l'Inde, un an à peine après le viol collectif et la mort d'une étudiante à New Delhi qui avait scandalisé le pays. Cette fois, c'est une jeune femme de la région du Bengale occidental, dans l'est, qui a été victime d'un viol en réunion suite à une condamnation prononcée par le conseil du village.

    « Nous sommes retournés au XVIe siècle », s’est exclamé un député après l’arrestation des treize violeurs présumés. « C’est inacceptable ». De fait, certains politiques demandent déjà qu’ils soient condamnés à mort.

    Depuis un an, l’Inde n’en finit plus de découvrir ses crimes sexuels et cette fois, ce sont les conseils de village qui sont montrés du doigt. Ces assemblées traditionnelles qui, selon Amnesty International, « sont connues pour condamner illégalement les femmes à des châtiments inhumains ».

    → A (RE)LIRE : En Inde, les victimes de viols commencent à parler

    Lundi 20 janvier, une jeune femme de 20 ans a été surprise avec un homme d’un autre village. L'assemblée (constituée uniquement d'hommes) a immédiatement été réunie et les a condamnés à une amende de 25 000 roupies chacun (environ 300 euros) dont la jeune fille n'a pu s’acquitter. « Sa famille ne peut pas payer, alors profitez de la fille et profitez-en bien », aurait alors dit le chef du conseil.

    « Je ne sais même pas combien de fois j’ai été violée », a témoigné la jeune femme, qui ne sera admise à l’hôpital que deux jours plus tard : selon sa mère, ses bourreaux faisaient pression sur la famille, qui n’a finalement porté plainte que mercredi.

    « Une telle mentalité n'existe pas seulement dans des contrées rurales reculées mais également dans le métro de Delhi », a témoigné la secrétaire d’une ONG de défense du droit des femmes : « Les racines sont ancrées profondément dans notre société et notre caste ».

    → A (RE)LIRE : Quatre violeurs condamnés à mort, le tournant de la justice indienne

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.