GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 1 Octobre
Dimanche 2 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Thaïlande: la Cour constitutionnelle évite de trancher

    media Les opposants n'ont pas attendu la réponse de la Cour constitutionnelle et maintiennent leur mobilisation. REUTERS/Nir Elias

    En Thaïlande, la crise se poursuit depuis bientôt trois mois. Malgré le couvre-feu décrété mercredi, l’opposition continue ses manifestations pour obtenir le départ de la Première ministre, Yinglack Shinawatra, qui entend bien sortir de cette crise en remportant les prochaines élections, prévues le 2 février. La Cour constitutionnelle devait se prononcer aujourd’hui sur un éventuel report du scrutin.

    C’est la commission électorale qui avait demandé en décembre dernier un report de l’élection du 2 février. Elle jugeait la situation trop volatile pour organiser un scrutin – on en est aujourd’hui à neuf morts et plusieurs dizaines de blessés. Mais le gouvernement avait immédiatement refusé ce report, qui selon lui provoquerait de nouvelles violences.

    Du coup, la commission électorale avait saisi la Cour constitutionnelle. Elle lui avait demandé s’il était effectivement possible de reporter ces élections et, surtout, qui a le pouvoir de le faire : la commission ou le gouvernement ?

    Réponse de la Cour ce vendredi 24 janvier, très prudente : oui, un report est possible, mais la commission et le gouvernement « doivent s’entendre sur une nouvelle date »… Le blocage devrait donc continuer puisque justement, si ce jugement était demandé, c’est que les deux partis n’étaient pas d’accord.

    Le temps presse : le 2 février, la date de ces élections, est dans à peine dix jours. Les Thaïlandais vivant à l’étranger ont déjà voté. D’autres votes « avancés » doivent se dérouler ce dimanche.

    En ne choisissant pas entre la commission électorale et le gouvernement, peut-être la Cour constitutionnelle voulait-elle éviter de nouvelles violences. Peut-être voulait elle aussi éviter d'être considérée comme partis-pris. Elle n’aura en tous cas pas contribué à clarifier la situation.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.