GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Affaire Khashoggi: Guterres (ONU) juge «essentiel» qu'une enquête «crédible» soit menée
    • Syrie: la coalition affirme avoir détruit un site du groupe EI dans une mosquée (communiqué de l'armée américaine)
    • L'armée israélienne a annoncé avoir découvert un nouveau tunnel du Hezbollah, le quatrième vers Israël (communiqué)
    • Sri Lanka: réinvestiture du Premier ministre démis Ranil Wickremesinghe
    Asie-Pacifique

    L’ONU accuse la Corée du Nord de crimes contre l’humanité

    media Le rapport affirme que le numéro 1 nord-coréen Kim Jong-un avait lui aussi «une grande part de responsabilité». REUTERS/KCNA

    Les dirigeants nord-coréens doivent comparaître devant une cour internationale pour répondre de toute une série de crimes contre l’humanité : c’est la conclusion du rapport rendu public, lundi 17 février à Genève, par la commission de l’ONU qui enquête depuis mai dernier sur les violations des droits de l’homme en Corée du Nord. Pyongyang avait refusé de les laisser entrer sur son territoire, les enquêteurs de l'ONU ont donc interrogé des Nord-Coréens qui se sont enfuis. Et la réalité qu'ils décrivent est effroyable.

    Ces cinquante dernières années, plusieurs centaines de milliers de prisonniers politiques auraient péri dans les camps nord-coréens - travail forcé, famine organisée, exécutions, torture, viols, infanticides, entre autres. Aujourd'hui, 80 à 120 000 prisonniers politiques seraient encore détenus, et les horreurs qu’ils subissent sont aussi appliquées aux Nord-Coréens qui ne sont pas enfermés dans ces camps.

    Autres crimes contre l’humanité énumérés par le rapport : les persécutions sur des bases politiques, raciales, religieuses et sexuelles, les transferts forcés de population, et la famine des années 1990, aggravée en toute connaissance de cause, selon le rapport, par des politiques destinées à soutenir le régime. Pour ce qui est des étrangers enlevés par Pyongyang depuis la fin de la guerre de Corée, l'enquête parle de « disparitions forcées exceptionnelles dans leur intensité » : pas moins de 200 000 personnes.

    Les enquêteurs ont envoyé au président Kim Jong-un une lettre lui signifiant qu’il pourrait faire face à la justice internationale. Ils recommandent à l’ONU de saisir la Cour pénale internationale (CPI), ou de mettre en place un tribunal ad hoc. Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies décidera le mois prochain des suites à donner à ce rapport.


    ■ LES RÉACTIONS

    « Maintenant, la communauté internationale sait », a expliqué ce lundi le chef des enquêteurs, qui demandent que « la communauté internationale accepte la responsabilité de protéger le peuple de la Corée du Nord » et saisissent la Cour pénale internationale pour que les responsables de ces atrocités rendent des comptes. Mais la Chine a déjà annoncé qu’elle mettrait son veto à toute saisine de la Cour concernant son allié : « Soumettre ce rapport à la CPI n’aiderait pas à résoudre la question des droits de l’homme », fait savoir Pékin. D’autant que le rapport rend Pékin potentiellement complice de crimes contre l’humanité lorsqu’il renvoie des exilés nord-coréens dans leurs pays.

    Du côté des Etats-Unis, on presse Pyongyang de prendre « des mesures concrètes » pour améliorer cette situation et on « soutient pleinement les conclusions du rapport », sans pour autant parler d’une saisine de la Cour. Même chose du côté de la Corée du Sud : Séoul espère que ce rapport, auquel elle a contribué, augmentera « la prise de conscience de la communauté internationale », qu’elle se dit prête à aider pour améliorer la situation des droits en Corée du Nord. Mais toujours pas mention d’une saisine. On en saura peut-être plus d’ici le mois prochain, lorsque le Conseil des droits de l’homme des Nations unies aura décidé des suites à donner à ce rapport, qu’il avait commandé. Un rapport que Pyongyang a rejeté, sans surprise, « catégoriquement et dans son ensemble ».

    → A (RE) LIRE : Amnesty International dénonce l’extension d’un camp de concentration en Corée du Nord

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.