GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Pollution en Chine: masques et purificateurs d’air en rupture de stock

    media Des habitants de Pékin portant un masque pour se prémunir de la pollution, le 26 février 2014. REUTERS/Kim Kyung-Hoon

    Comment se protéger de la pollution de l’air en Chine ? La question se pose particulièrement à Pékin où depuis sept jours maintenant, un épais brouillard asphyxie les habitants de la capitale chinoise. La densité de microparticules dites PM 2,5, accusées d’être impliquées dans des centaines de milliers de décès prématurés en Chine, a atteint, ce mercredi 26 février, un seuil de 557 microgrammes par mètre cube. Un taux 16 fois plus élevé que le plafond de l’OMS. Avec désormais une liste d’attente chez les vendeurs de purificateurs d’air et des masques en rupture de stock.

    Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

    Les vendeurs de hochets traditionnels en bois n’ont plus qu’à aller se rhabiller, même chose pour les distributeurs de pop corn. Les machines sont couchées sur des véhicules à trois roues et leurs conducteurs, aux klaxons visiblement contrariés, faisaient une mine de la couleur du ciel ce mercredi après-midi au cœur du vieux Pékin. Décidemment, depuis quelques jours les affaires en plein air sont très mauvaises dans la capitale chinoise.

    « Respirer le même destin »

    Si la plupart des élèves chinois étaient encore à l’école ce mercredi, voilà trois jours que les lycées internationaux font classes vides. La faute au brouillard qui a gommé les paysages et pousse les habitants à se cloîtrer à la maison. Comme les trottoirs des avenues du quartier des affaires, les pavés du vieux Pékin avancent masqués. Jaune pour la fille, noir à rayure pour le garçon : ce couple de touristes venu de Tianjin sur la cote-est a opté pour des masques en tissu avec filtre en papier destiné à se protéger des fines particules 2,5 tellement destructrices pour les poumons. « Bien sûr qu’on porte un masque, répondent en cœur ces deux jeunes gens âgés de 20 ans qui s'étonnent qu'on puisse leur poser la question. Il suffit de regarder le liquide noir qui nous sort des narines pour voir combien le brouillard de Pékin est nocif pour la santé. »

    Le brouillard de Pékin véritable machine à crotte de nez, c’est pourtant dans ces même ruelles qu’est venu se promener la veille mardi Xi Jinping. Sur les photos, le chef de l’Etat et ses accompagnateurs, dont le secrétaire du Parti communiste et le maire de Pékin, ne portent pas de masque afin de « respirer ensemble avec le peuple et partager le même destin », titrent la plupart des médias officiels ce mercredi.

    Le président Xi Jinping est allé à la rencontre des Pékinois pour «partager le même destin». REUTERS/Stringer

    Une attitude qui a entraîné sourires et critiques sur internet alors que « l’airpocalypse » fait désormais partie des sujets de mécontentement premiers de la population. Un Chinois a ainsi porté plainte contre les autorités devant un tribunal du district de Shijiazhuang, la capitale de la province du Hebei, à 200 kilomètres de Pékin. La province dont les centrales à charbon et les cheminées d’usines hautement polluantes entourent la capitale chinoise, a enregistré récemment une densité de particules PM 2,5 de 761 microgrammes, selon un relevé officiel de la ville de Xinji, mentionné par l’AFP. C’est 30 fois le plafond maximum de 25 pour une exposition de 24 heures recommandé par l’Organisation mondiale de la santé.

    Statues masquées

    Fâchés par des discours antipollution non suivis d’effets ou par des mesures qui se font attendre, des étudiants de Beida, l’une des deux plus prestigieuses universités de Pékin, ont osé faire porter des masques aux statues des mandarins de leur campus tout en faisant mention sur le réseau social Sina Weibo du rapport sorti par l’Académie des sciences de Shanghai le 12 février dernier.

    Les académiciens avaient alors classé Pékin au bas d'une liste de 40 capitales concernant l’air qu’on y respire, n’hésitant pas à euphémiser sur le côté « peu vivable » de l’ancienne cité des empereurs. Selon l’ancien ministre de la Santé Chez Zhu, la pollution tuerait ainsi entre 350 et 500 000 Chinois par an, alors que le chercheur Zhong Nanshan affirme que le nombre des cancers du poumon a augmenté de 60 % ces dix dernières années en Chine.

    Impossible de vivre à visage découvert

    Impossible de vivre à visage découvert dans les grandes métropoles chinoises. « Il y a aujourd’hui un décalage entre les mesures annoncées par les autorités et la frustration de la population face à une pollution qui modifie les modes de vie », affirme une journaliste qui a souhaité garder l'anonymat. Avant de plaisanter : « Je suis arrivée en mars dernier à Pékin, un ami m’a donné un masque en cadeau de bienvenue et depuis j’en ai eu beaucoup d’autres. »

    Des masques de protection contre les fines particules de pollution, cadeaux tendances mais désormais difficiles à trouver. Ce mercredi soir à minuit, l’alerte orange devrait être relevée après 130 heures de haute pollution sans discontinuer annonce le Quotidien du Peuple. Un nouveau record qui a entraîné une ruée sur les boutiques en ligne. Les masques de la société américaine 3M sont ainsi ce mercredi soir en rupture de stock sur le site Jingdong, l’un des plus gros vendeurs de l’internet chinois.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.