GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Fukushima: trois ans après, visite au cœur de la centrale

    media Explosions dans la centrale de Fukushima il y a trois ans. Reuters

    Il y a seulement quelques minutes, à 14h46 heure locale, le Japon a observé une minute de silence. A cette heure le 11 mars 2011, la terre s'est mise à trembler le 11. Un séisme dévastateur suivi d'un tsunami ravage le nord-est du pays. Plus de 18 000 victimes et disparus. Et une catastrophe nucléaire, l'une des plus grosses de l'Histoire.

    Avec notre envoyé spécial à Fukushima, Frédéric Charles

    Le plus émouvant, lors de cette visite, c’est d’avoir pu voir, pour la première fois depuis l’accident, la salle de gestion de crise où fut menée dès les premières heures du drame la lutte pour reprendre le contrôle de la centrale en perdition. Cette salle de gestion de crise est située à 40 mètres seulement du réacteur numéro 1. C'est ce réacteur qui a été secoué méchamment. Il a perdu toute électricité, son cœur est entré en fusion, puis il a fondu. Il a subi aussi des explosions d’hydrogène.

    Les techniciens ont dû faire face dans cette salle au pire. A l’aveuglette, ils griffonnèrent des notes sur les parois. Les écrans de contrôle étaient alors dans le noir. Le directeur de la centrale de l’époque Masao Yochida, charismatique, gros fumeur, fervent bouddhiste, dira plus tard : « J’ai cru à plusieurs reprises que nous allions mourir ! ».

    Un travail surhumain pour sécuriser le site

    Ce qui frappe encore, en visitant la centrale, c’est cet alignement des citernes à perte de vue. Elles contiennent 350 000 tonnes d’eau hautement radioactive. Et certaines citernes ne sont plus étanches. Le plus gros souci pour le gouvernement japonais, c’est de décider s’il veut continuer à construire des milliers de citernes sur le site de Fukushima, sur un sol soumis à une activité sismique intense, ou bien nettoyer cette eau et la rejeter dans la mer. Enfin, il ne faut pas oublier les 30 000 ouvriers qui se sont succédé sur le site nucléaire de Fukushima. Il ne faut pas oublier leur travail surhumain pour sécuriser le site.

    Il faut ajouter aussi que la rumeur laissant entendre que des enfants de Fukushima sont victimes maintenant de cancers de la thyroïde, dus à la radioactivité, serait fausse selon les scientifiques japonais et l’Organisation mondiale de la santé.

    Trois ans après cette catastrophe naturelle et nucléaire, 300 000 réfugiés attendent toujours un nouveau départ dans les zones détruites par le tusnami.

    Maintenant, beaucoup de pays ont des agences de sûreté nucléaire complètement indépendantes, ce qui est un progrès général. Je pense qu'elles sont très compétentes.
    Lionel Taccoen Ancien président du comité consultatif de l’énergie européenne, secrétaire général de l’ONG Global Electrification 11/03/2014 - par Alexandra Cagnard Écouter

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.