GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Disparition du vol de la Malaysia Airlines : «un mystère aéronautique»

    media Messages de solidarité adressés sur l'aéroport de Kuala Lumpur (Malaisie) aux familles des 239 disparus du vol de la Malaysia Airlines disparu dans la nuit du vendredi au samedi 8 mars dernier. AFP/Mohd Rasfan

    « Un mystère aéronautique sans précédent », ce sont les termes employés par le directeur de l'Aviation civile malaisienne pour qualifier la disparition du Boeing 777 de la Malaysia Airlines. Plus de 70 heures après sa disparition des écrans de contrôle, l'avion et ses 239 passagers et membres d'équipages restent introuvables.

    Carte de la zone où a disparu le vol de la Malaysia Airlines. FMM

    Les pays qui participent aux recherches ont déployé de nouveaux moyens, selon notre correspondante à Singapour, Carrie Nooten. En mer de Chine méridionale, les recherches ont pris encore plus d’ampleur, la zone de recherche a été doublée.

    Un dixième pays, la Nouvelle-Zélande, s’est joint aux opérations et deux acteurs de poids n’hésitent pas à mettre plus de moyens : les Américains, dont la marine vient d’envoyer un second bâtiment et les Chinois qui vont déployer des satellites pour assister les recherches.

    Sur la zone qui s’étend sur un rayon de 160 km, les avions et bateaux ont été assignés en duo sur des portions définies, dans l’espoir que cela rende les recherches plus efficaces.

    Du nouveau sur les mystérieux passagers

    Les familles chinoises dans l'attente, un reportage à Pékin d' Heike Schmidt 11/03/2014 - par RFI Écouter

    Le chef de la police a fait dans la journée des révélations concrètes dans cette affaire de disparition du Kuala Lumpur-Pékin. Ses services ont d’abord identifié l’un des passagers qui a embarqué sur le vol avec un passeport volé : il s’agirait d’un jeune Iranien de 19 ans, qui cherchait à rejoindre sa mère à Francfort. C’est d’ailleurs cette femme qui a contacté elle même les autorités lorsqu’elle n’a pas eu de nouvelles de son fils. Il s’agirait donc d’un immigrant clandestin, ce qui met à mal la thèse de la piste terroriste dans son cas.

    On ne sait pas encore quel lien il y avait avec l’autre homme voyageant avec le deuxième passeport volé européen – l’identité de celui-ci n’a pas encore été dévoilée. Mais il semblerait que ces deux hommes aient acheté leurs billets dans la même agence de voyage en Thaïlande. Deux autres passagers suspects auraient voyagé avec des passeports volés australiens. On n’en sait pas davantage si ce n'est qu’au moins l’un des trois est également Iranien.

    Participation de l'Iran à l'enquête

    Le ministère des Affaires étrangères d’Iran a assuré la Malaisie de son soutien. Téhéran a des « inquiétudes sérieuses » à propos de la question de l'utilisation de faux passeports et de l'immigration illégale.

    L’Iran a proposé son aide aux autorités malaisiennes à propos des deux Iraniens qui ont embarqué à bord de l’avion de la Malaysia Airlines avec de faux passeports. L’un des deux hommes, âgé de 19 ans, s’appelle Pouria Nour Mohammad, rapporte Siavosh Ghazi, le correspondant de RFI à Téhéran. Il s’agit d’un jeune Iranien qui tentait de rejoindre l’Allemagne en utilisant un passeport volé il y a plus d’un an en Thaïlande. Un autre homme, apparemment d’identité iranienne, utilisait également un autre passeport européen volé pour se rendre en Europe.

    La porte- parole du ministère des Affaires étrangères, Marzieh Afkham, a affirmé que l'Iran était prêt à coopéer avec la police malaisienne dans cette affaire : « Nous avons reçu les informations concernant la possible présence de deux Iraniens parmi les passagers de l’avion. Nous suivons cette affaire et nous avons informé de notre disponibilité pour coopérer et nous avons chargé notre ambassade de recueillir les informations complémentaires de la part des autorités malaisiennes. Dans le même temps, la question de l’utilisation de faux passeports et du trafic humain est une sérieuse inquiétude pour nous ».

    De nombreux jeunes Iraniens se sont rendus ces dernières années dans les pays d’Asie, en particulier en Malaisie et en Indonésie. La Malaisie ne demande pas de visa pour les Iraniens. Certains d’entre eux travaillent ou font des études sur place mais d’autres tentent de se rendre en Europe -en particulier en Allemagne-, aux Etats-Unis ou encore au Canada. Quelque 200 000 ressortissants iraniens vivent en Malaisie parmi lesquels près de 10 000 étudiants.

    Les pistes de la police

    Lors de conférence de presse, les autorités ont déclaré suivre trois pistes en particulier : celle du détournement reste d’actualité tant que la lumière ne sera pas faite sur les autres passagers suspects, c’est la première. La deuxième piste envisagée reste le sabotage. Enfin, étonnamment, la police a avoué ne pas écarter un problème psychologique ou personnel d’un passager ou d’un membre de l’équipage. Cette troisième piste est plus inhabituelle – mais les enquêteurs n’ont pas encore expliqué pourquoi ils l’envisageaient.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.