GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Tamouls du Sri Lanka: enquête de l’ONU sur des crimes de guerre

    media Des manifestants protestent, le 26 mars, contre la résolution déposée par les Etats-Unis et l'Union européenne à l'ONU demandant une enquête sur des crimes de guerre présumés. REUTERS/Dinuka Liyanawatte

    Le Conseil des droits de l'homme a adopté ce jeudi une résolution demandant à l'ONU d’enquêter sur des crimes de guerre qui auraient été commis lors du conflit opposant l'armée sri-lankaise et la guérilla tamoule, entre 2002 et 2009.

    C'est le Haut Commissariat de l'ONU aux Droits de l'homme qui sera chargé de cette enquête portant sur la période 2002-2009, soit les dernières années d'un conflit qui a fait environ 100 000 morts depuis 1972. Car des crimes de guerre semblent bien avoir été commis au Sri Lanka, particulièrement lors de l'offensive finale de l'armée contre les séparatistes tamouls. Des experts des Nations unies ont parlé de dizaines de milliers de victimes lors de ces ultimes combats, notamment lors de bombardements de zones où se trouvaient des civils. La rébellion des Tigres tamouls est également soupçonnée d'avoir commis des exactions à cette époque.

    La résolution, soutenue notamment par les Etats-Unis et les pays de l'Union européenne, a été adoptée avec 23 votes pour, 12 contre, et 12 abstentions. Mais face à l'opposition frontale des autorités de Colombo, une telle enquête sera difficile à mener, analyse notre correspondant dans la région, Sébastien Farcis. Comme cela était prévisible, le président sri-lankais Mahinda Rajapakse a vivement dénoncé cette résolution, dont il juge qu’elle « ne fait que nuire à [ses] efforts de réconciliation ». Le représentant du Sri Lanka à l'ONU a condamné une violation du droit international et de la souveraineté du pays.

    → A (RE)LIRE : Le sommet du Commonwealth vire au cauchemar pour le président sri-lankais

    Colombo avait déjà rejeté deux précédentes résolutions qui lui demandaient de participer à une enquête conjointe sur ces crimes présumés, et particulièrement sur la mort de 40 000 civils lors des derniers mois de la guerre.

    Le Sri Lanka a essayé de convaincre le reste de la planète que le pays avait réussi sa propre guerre contre le terrorisme en infligeant une cuisante défaite contre les Tigres tamouls, alors que chacun sait que cette victoire est venue au prix de violations extrêmement graves contre les civils.

    Philippe Bolopion

    Représentant de Human Rights Watch auprès de l'ONU

    28/03/2014 - par Nicolas Falez Écouter

    A présent, l'ONU essaiera de mener ce travail de manière indépendante, ce qui sera très difficile. Comment, en effet, interroger des victimes ou des survivants du drame sans crainte de représailles ? Les lois antiterroristes datant de l'époque de la guerre sont toujours en vigueur et ont encore permis ce mois-ci à l'armée d'arrêter au mois trois militants des droits de l'homme, sans justification. L'un d'entre eux serait d'ailleurs toujours en détention.

    → A (RE)LIRE : Les rebelles tamouls admettent leur défaite (archive 18 mai 2009)

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.