GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 1 Juillet
Samedi 2 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Pakistan: un chrétien condamné à mort pour blasphème

    media L'épouse et les filles de Sawan Masih, Pakistanais chrétien condamné à mort pour blasphème le jeudi 27 mars. REUTERS/Mohsin Raza

    La justice pakistanaise a condamné à mort un chrétien pour avoir insulté le prophète Mahomet. Un incident qui, l'an dernier, avait provoqué une émeute. Pendant plusieurs jours des centaines de musulmans avaient attaqué et incendié le quartier de la banlieue de Lahore où habitait l’accusé.

    Sawan Masih l’affirme : il n’a jamais manqué de respect envers le prophète de l’Islam. Il affirme que ces accusations de blasphème n’ont été portées contre lui par un de ses voisins musulmans que pour régler un différend immobilier, son accusateur ayant l’objectif de s’emparer de ses terres. De fait la loi antiblasphème pakistanaise est souvent utilisée pour des affaires qui n’ont aucun rapport avec la religion.

    Chrétiens et membres de la secte des Ahmadis visés

    Et condamner les membres des minorités religieuses, qu’il s’agisse de chrétiens ou de membres de la secte musulmane des Ahmadis, est d’autant plus facile qu’ils sont souvent détestés par une population en majorité sunnite. Après l’arrestation de Sawan Masih, quelque 3 000 musulmans en colère avaient attaqué le quartier chrétien de Joseph Colony, à Lahore où il résidait. Des dizaines de maisons et deux églises avaient été incendiées et pillées.

    L'année précédente, une jeune fille avait déjà été arrêtée et détenue plusieurs semaines pour blasphème. Au final, il s’agissait d’un coup monté par un imam voulant chasser les chrétiens de son quartier. Depuis les années 1990 et le durcissement de la loi, les cas se sont multipliés. A en croire la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale, le Pakistan est de loin le pays qui utilise le plus ce genre de loi : 14 personnes accusées d'avoir insulté l'islam seraient aujourd'hui dans le couloir de la mort, et 19 purgeraient des peines de prison à vie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.