GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Irak: un engin explosif fait au moins un mort près d'un rassemblement de contestataires à Bagdad (autorités)
    • Éliminatoires CAN 2021: la Mauritanie tient tête au Maroc, 0-0; la Tunisie écrase la Libye, 4-1
    • CAN U23: Égypte-Afrique du Sud et Côte d’Ivoire-Ghana en demi-finales
    • France: l'Assemblée fait marche arrière sur l'huile de palme en maintenant son exclusion des biocarburants
    Asie-Pacifique

    Vol MH370: l'Australie prend la main sur les recherches

    media La marine australienne met à disposition des recherches d'une éventuelle épave du vol MH370 un robot qui permet d'établir une cartographie des fonds sous-marins, le 30 mars 2014. REUTERS/Jason Reed

    La zone couverte par les recherches d’éventuels restes du vol MH370 de la Malaysia Airlines a été étendue alors que les premiers débris recueillis dans le sud de l’océan Indien et qui ont été analysés ne proviendraient pas de l’avion. Un haut gradé australien, Angus Houston, va assurer le commandement des opérations de recherche.

    Huit navires et dix avions militaires de sept nations participaient encore ce dimanche 30 mars aux recherches : l'Australie, la Chine, la Malaisie, le Japon, la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud et les Etats-Unis. La Malaisie reste responsable de l'enquête mais l’Australie y prend de plus en plus sa part. D’ailleurs, les opérations seront coordonnées par l'ancien chef des armées, Angus Houston, qui a été nommé ce dimanche 30 mars par le gouvernement australien. Il dirigera une nouvelle entité, basée à Perth qui aura pour mission de coordonner les recherches en mer, d'assurer la liaison avec toutes les parties prenantes des recherches et les familles des 239 personnes à bord, a expliqué le Premier ministre australien Tony Abbott. Rappelons que la manière dont la Malaisie a géré ce dossier a fait l'objet de nombreuses critiques.

    Les recherches n'ont pas encore produit de résultat

    La zone de recherche a été étendue cette fin de semaine pour couvrir une nouvelle zone plus vaste de 319 000 km², au sud-ouest des côtes australiennes. De nouveaux calculs de trajectoire ont estimé que l’avion aurait pu être à court de carburant et s’abîmer dans l’océan Indien plus tôt que ce qui avait été précédemment envisagé.

    Mais à ce jour, rien de probant n'a encore été trouvé. Les objets flottants récupérés par les navires scrutant la mer ne provenaient pas du Boeing 777 de Malaysia Airlines mais seraient plutôt soit du « matériel de pêche » et/ou « des déchets qui flottent à la surface de l'océan » a indiqué dimanche un porte-parole de l'Autorité australienne de surveillance maritime.

    Les images satellite fournies par plusieurs pays dont la Chine et la France avaient détecté ces derniers jours des dizaines d'objets flottants. L'examen des objets récupérés a révélé qu'aucun ne provenait de l'avion. Les conditions de leur récupération par les navires sont cependant périlleuses, notamment en raison du mauvais temps dans ces régions australes. Elles ont dû d'ailleurs être interrompues à plusieurs reprises depuis le début de la semaine.

    à (re)lire : Vol MH370, la tempête complique les recherches

    Chaque jour compte pour récupérer les boîtes noires de l'avion. Elles seules permettront d'identifier les raisons de l'accident. Elles émettent des signaux de localisation pendant une trentaine de jours. Or l'avion a disparu il y a maintenant trois semaines.

    Objet flottant non identifié dans la zone de recherches photographié par l'armée de l'air néo-zélandaise, le 29 mars 2014. REUTERS/Jason Reed

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.