GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Colère des Philippines face à l'incursion répétée de bateaux chinois

    media Des militaires philippins à bord du BRP Sierra Madre, une épave transformée en petit camp, à Second Thomas Shoal, qui fait partie des îles Spratly, dans le sud de la mer de Chine. Le 30 mars 2014. REUTERS/Erik De Castro

    Les Philippines ont déposé une plainte officielle contre la Chine auprès du Tribunal arbitral des Nations unies, face à l'incursion de plus en plus importante de navires chinois. Car l'enjeu de ces disputes est multiple : la zone, très poissonneuse, regorgerait de gaz et de pétrole. Elle est revendiquée par Manille, mais aussi par d'autres pays de la région. Une plainte déposée au lendemain d'un nouvel incident avec des navires chinois dans cette zone.

    Manille n'a pas voulu écouter les avertissements de Pékin qui menaçait son voisin de mesures de rétorsions s'il déposait plainte.

    L'archipel des îles Spratly, à l'ouest des Philippines, est occupé par plusieurs pays : le Vietnam, la Chine, les Philippines, Taïwan, la Malaisie et Brunei. Selon Manille, la Chine devient de plus en plus menaçante, resserrant son étau en multipliant les navires de surveillance et les bateaux de pêche.

    Samedi, un navire de ravitaillement philippin a voulu forcer un barrage de bateaux chinois, à Second Thomas Shoal. Un navire de guerre philippin s'est échoué en 1999 sur ce récif et les autorités militaires de l'archipel ont fait une base permanente de cette épave rouillée et trouée, où vivent une dizaine de soldats. Le 9 mars, les navires de surveillance chinois ont bloqué un bateau plein de provisions et empêché le ravitaillement et la relève de l'équipage, forçant la marine philippine à larguer des sacs par les airs.

    Le Tribunal international du droit de la mer basé à Hambourg devrait prochainement conseiller chacune des parties sur cette plainte. La Chine a déclaré qu'elle resterait inébranlable sur sa souveraineté nationale. Pékin s'était aussi emparé par surprise en 2012 du récif Scarborough situé plus au nord, qu'elle continue à occuper.

    Le président philippin Benigno Aquino a comparé les revendications de la Chine sur ces récifs à l'annexion des Sudètes par Hitler en 1938. Certains, dont les Américains, redoutent une escalade.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.