GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Naufrage du Sewol: la présidente sud-coréenne présente ses excuses

    media La président sud-coréenne Park Geun-hye au mémorial des victimes du naufrage du Sewol, à Ansan, le 29 avril 2014. ReutersS/Do Kwang-hwan/Yonhap

    La présidente sud-coréenne Park Geun-hye vient de présenter ses excuses pour la tragédie du ferry Sewol. Le naufrage de ce navire - il y a deux semaines - a fait 302 victimes, pour la majorité des lycéens en voyage scolaire. Alors que tout le pays est en deuil et afflue sur les autels à la mémoire des lycéens disparus, installés dans les principales villes, la tragédie se transforme en crise politique pour le gouvernement, accusé d’avoir géré la crise de façon calamiteuse. Dimanche, le Premier ministre a même présenté sa démission.

    Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

    Le visage sombre, la présidente a présenté des excuses « pour n’avoir pas pu empêcher [le naufrage du ferry], et pour la réaction insuffisante » de son gouvernement. Park Geun-hye a promis une refonte totale des règlementations de sécurité et a même assuré vouloir « remodeler le pays depuis le début ».

    Elle répond ainsi à la colère grandissante des Sud-Coréens. Ceux-ci critiquent leur gouvernement pour sa lenteur dans la mise en place des secours. Ils dénoncent aussi un système de contrôle des régulations maritimes gangrené par le népotisme.

    Honte nationale

    La tragédie est vécue comme une honte nationale. Pour l’opinion publique, la cascade de dysfonctionnements qui a provoqué le drame est indigne du pays développé qu’est devenue la Corée du Sud.

    Un premier fusible a sauté dimanche, avec la démission du Premier ministre. Hier, un message exigeant le départ de Park Geun-hye, mis en ligne sur le site internet de la présidence, a déjà été vu plus d’un demi-million de fois.

    L'enquête, elle, continue. Une nouvelle vidéo a montré que le capitaine était si pressé d'évacuer qu'il n'avait pas eu le temps d'enfiler un pantalon : il a quitté son navire en caleçon !

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.