GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Vol MH370: le juteux marché de la recherche d'épaves

    media La société de prospection GeoResonance a dévoilé ce lundi 28 avril des images d'une épave d'avion. CNN/GeoResonnance/Capture d'écran

    Changement de cap dans les recherches pour retrouver le vol MH370 de la Malaysia Airlines. Tous les avions et la plupart des 14 navires mobilisés vont quitter la zone d'ici ce soir, la priorité étant désormais l'exploration sous-marine. Lundi, GeoResonance, une société privée australienne spécialisée dans la prospection géophysique marine évoquait la découverte d'une épave au fond du golfe du Bengale. Une hypothèse réfutée aujourd'hui par le Centre de coordination des recherches, basée à Perth, en Australie.

    Avec notre correspondante à Melbourne, Caroline Lafargue

    Lundi 28 avril, GeoResonance, une société de prospection, s'est fait un coup de pub mondial. La société australienne affirme avoir retrouvé l'épave d'un avion au fond du golfe du Bengale, sans aller jusqu'à dire qu'il s'agissait du MH 370, disparu le 8 mars avec 239 personnes à bord.

    GeoResonance recherche généralement des gisements miniers et d'hydrocarbures au fond des océans. La société australienne utilise donc des technologies de pointe, dont la plupart des pays ne disposent pas. Et elle n'est pas la seule. À cause de cette dépendance technologique, le Centre australien de coordination des recherches reste méfiant vis-à-vis de ces sociétés privées.

    Concurrence

    D'autant que la concurrence est rude, depuis l'annonce du Premier ministre australien, lundi : il fera appel, en concertation avec la Malaisie et la Chine, à « une ou deux sociétés privées, capables de déployer des sonars à balayage latéral ».

    Pactole en vue pour ces sociétés, car le budget de ces recherches sous-marines se monte à plus de 40 millions d'euros. Et les Français sont bien placés, devenus experts grâce aux recherches de l'avion d'Air France dans l'Atlantique.

     → A (RE)LIRE : Le robot sous-marin Bluefin-21 à la recherche du vol MH370

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.