GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 30 Novembre
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: prestation de Narendra Modi, une revanche pour le chef du BJP

    media Narendra Modi, le chef du BJP, doit être nommé Premier ministre ce samedi 17 mai 2014. REUTERS/Stringer

    En Inde, les nationalistes hindous du BJP ont donc remporté les élections, et avec la manière puisqu’ils décrochent à eux seuls et sans prendre en compte les voix de leurs alliés la majorité absolue à l’Assemblée nationale.

    Dans le pays, ça ne s’était pas vu depuis 30 ans. Narendra Modi, le chef du BJP, doit être nommé Premier ministre ce samedi. Une revanche pour celui qui depuis 2002 était boycotté par une partie des pays occidentaux.

    La brouille entre Nardendra Modi et les Occidentaux dure depuis 2002, date des émeutes antimusulmans dans son Etat du Gujarat -plus de 1 000 personnes avaient été tuées. Celui qui n’était pas encore le chef du BJP avait été accusé, malgré ses dénégations, d’avoir laissé faire. A New Delhi, les ambassadeurs de l’Union européenne ont alors commencé à le bouder, et en 2005 les Américains ont non seulement refusé de lui délivrer un visa diplomatique, mais ont aussi annulé le visa « tourisme-affaire » qu’il possédait déjà, en vertu d’une loi interdisant de territoire tout officiel étranger coupable de « violation de la liberté religieuse ».

    → A (re)lire : Inde: Narendra Modi se pose en rassembleur après sa victoire

    Mais depuis quelques mois, il était devenu évident que Narendra Modi allait devenir le nouveau Premier ministre de l’Inde, et même avec une croissance en baisse -5% quand même, le pays reste un gigantesque marché d’1,2 milliard d’habitants. Du coup, la plupart des ambassadeurs européens rencontrent l’ancien paria, même chose en février dernier pour l’ambassadrice américaine. Et ce vendredi 16 mai, le Premier ministre britannique David Cameron a été le premier à l’appeler pour le féliciter de sa victoire, et l’inviter en Grande-Bretagne. Il faut dire que dès 2012 Londres avait senti le vent tourner, et avait renoué des liens avec Nardenra Modi dans un effort plus général pour resserrer les liens avec son ancienne colonie.


    Modi retrouve la grâce des Etats-Unis

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    A peine donc officialisée la victoire de Narendra Modi, Barack Obama n’a pas tardé à lui adresser ses félicitations, marquant le retour en grâce du gouverneur, persona non grata aux Etats-Unis depuis 2005.

    Comme l’avait noté l’ancien président Kennedy, « la victoire a de nombreux pères, la défaite est orpheline ». En remportant les élections législatives, le futur Premier ministre indien a perdu son statut de paria et retrouvé les bonnes grâces de Washington. Le président Obama a vite décroché son téléphone pour adresser ses félicitations à Narendra Modi, exprimer son désir de travailler étroitement avec lui et même l’inviter à venir aux Etats-Unis pour renforcer encore les relations bilatérales. John Kerry, dans un tweet, lui avait adressé un message de la même teneur.

    Loin donc est le temps où le chef du BJP s’était vu interdire un visa pour venir en Amérique. En 2005, l’administration Bush avait ainsi voulu montrer sa désapprobation pour sa passivité lors des émeutes entre hindous et musulmans. Même si les relations entre les deux pays avaient connu un léger refroidissement après l’arrestation de la consule indienne à New-York pour fraude au visa et fausses déclarations, Obama souhaite prendre un bon départ avec le futur Premier ministre d’un pays qui a une grande importance pour les Etats-Unis tant du point de vue stratégique qu’économique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.