GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Aujourd'hui
Mercredi 31 Août
Jeudi 1 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «Le centre opérationnel a coordonné 40 opérations de secours» au large de la Libye, ont annoncé les gardes-côtes de la marine italienne sur leur compte Twitter. Les gardes-côtes italiens ainsi que l'opération européenne anti-passeurs Sophia, l'agence européenne Frontex et les organisations humanitaires présentes en Méditerranée «ont sauvé 6500 migrants» ce lundi, soit l'une des journées les plus intenses de ces dernières années en Méditerranée.

    Asie-Pacifique

    Coup d'Etat en Thaïlande: la junte dissout le Sénat

    media Un manifestant anti coup d'Etat est arrêté à Bangkok, le 24 mai. REUTERS/Athit Perawongmetha

    Deux jours après le coup d'Etat, l'armée continue de reprendre le contrôle du pays. La junte militaire a placé en détention l'ex-Premier ministre Yingluck Shinawatra, ainsi que plusieurs autres membres de son gouvernement. La junte a aussi imposé de nombreuses mesures limitant les libertés publiques. Les militaires ont également annoncé la dissolution du Sénat.

    En Thaïlande, les militaires qui ont saisi le pouvoir ont mis en place une structure, composée uniquement d’officiers supérieurs pour administrer le pays. Le général Prayuth Chan-ocha, qui s’est auto-proclamé Premier ministre, devrait conserver cette position dans l’avenir immédiat. A 19 h 00, heure locale (12 h 00 TU), la junte a annoncé la dissolution du Sénat, assumant dès lors le pouvoir législatif.

    Depuis le coup d’Etat, les militaires ont imposé un couvre-feu, interdit les rassemblements de plus de cinq personnes et suspendu tous les programmes de télévision et de radio, rapporte notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus. Les membres de l'ancienne équipe gouvernementale, dont l'ex-Premier ministre Yingluck Shinawatra, pourraient rester en prison en détention « jusqu'à une semaine » a annoncé la junte ce samedi. Elle est en « lieu sûr » a précisé le porte-parole de la junte.

    Les intellectuels pris pour cible

    Après les politiciens, les militaires au pouvoir s’en prennent désormais aux intellectuels et aux militants associatifs. 35 d’entre eux, la plupart connus pour être critiques vis-à-vis de la monarchie ou du coup d’Etat, ont reçu l’ordre de se rendre à l’armée. Très peu ont obéi, persuadés qu’ils seront détenus, comme cela a été le cas pour les politiciens qui ont répondu ces derniers jours à des convocations similaires.

    La junte a renforcé les contrôles aux frontières pour éviter que ces universitaires quittent le territoire. La frontière avec le Laos est totalement fermée pour les Thaïlandais.
    Les journalistes thaïlandais qui ont critiqué la monarchie ou l’armée s’attendent à être les prochains à se voir convoqués par la junte.

    Parallèlement, de nouvelles manifestations dénonçant le coup d’Etat ont eu lieu à Bangkok, rassemblant à chaque fois plusieurs centaines de personnes. Militaires et policiers anti-émeutes se sont contentés de filmer les manifestants. La junte semble quelque peu déconcertée par ce début de résistance, mais ne donne aucun signe d’assouplissement.

    La vie quotidienne suit son cours

    En général, toutefois, la vie quotidienne à Bangkok n’a subi que peu de changements. Et la population en prend son parti. « Le couvre-feu et les restrictions sur les médias, cela a des bons et des mauvais côtés, explique Sompong Woranai, un chauffeur de taxi. . L’inconvénient est que cela empiète sur nos libertés. Nous ne sommes plus informés. Mais le bon côté est que cela a stoppé les manifestations et évité des affrontements. Sinon, la vie se déroule normalement, les restrictions ne créent pas de grosses difficultés, nous pouvons mener nos occupations comme d’habitude. Simplement, nos droits ont été un peu réduits. Mais, le coup d’état était nécessaire, sinon il y aurait eu une guerre civile ».

    Le défi pour les militaires thaïlandais, formés dans un système rigide et passéiste, va être de gérer un pays de 65 millions d’habitants, carrefour commercial de l’Asie du Sud-Est, et doté d’une économie moderne et d’une population cosmopolite.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.