GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 25 Novembre
Dimanche 26 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Viols collectifs en Inde: la médiatisation au secours des intouchables

    media La mère voilée de l'une des deux jeunes filles violées et pendus à un arbre dans l'Etat indien de l'Uttar Pradesh, le 31 mai 2014.

    L'opinion publique indienne a été choquée par une affaire criminelle qui a fait réagir jusqu'au gouvernement central. Il y a deux semaines, deux adolescentes de basse caste ont été retrouvées pendues à un arbre, après avoir été violées par plusieurs hommes. Cela s'est déroulé dans la campagne pauvre de la région de l'Uttar Pradesh, à environ 250 km à l'est de New Delhi. Cette fois, les familles des victimes ont tenu à médiatiser l'horreur.

    De notre correspondant à New Delhi,

    C'est un exemple typique, et pour une fois bénéfique, du coup de projecteur apporté par les médias dans les affaires criminelles. Et les parents des deux adolescentes violées ont recherché cette attention. Ils ont attendu, avec courage et détermination, près d'une journée avant de descendre les corps de leurs enfants pendus à un arbre. Ils ont attendu que les médias se saisissent de cette image horrible pour que les autorités -qui se moquent généralement de leur sort- régissent. Et cela a fonctionné. Depuis deux semaines, la pression monte sur les autorités locales. Cinq hommes ont été arrêtés, trois ont été accusés de viol collectif et de meurtre, et deux policiers de complicité. Une rapidité rare dans des affaires similaires.

    Pas de justice pour les basses castes

    Face à l'émoi suscité par l'affaire, des habitants des environs, victimes d'injustices et de violences ont saisi l'occasion pour se faire entendre tel cet homme dont la soeur de 16 ans a été enlevée et violée ou encore un vieux monsieur dont l'épouse a été battue devant ses yeux. Des dizaines de gens sont ainsi venus dans ce petit village du district de Badaun, dans l'Uttar Pradesh, et tous ces cas ont un point commun : comme les deux adolescentes violées et tuées, les victimes sont de basse caste, des intouchables souvent, et les accusés de plus haute caste, des Yadav, généralement. Ces derniers possèdent en effet les terres, contrôlent les emplois dans l'administration et dans la police, jusqu'au poste de ministre en chef de toute la région. Ces notables sont protégés, et leurs crimes restent souvent impunis. Les parents des adolescentes violées ont ainsi témoigné qu'ils avaient été giflés par les policiers quand ils ont accouru pour leur demander de l'aide, alors que leurs filles venaient d'être enlevées. Cet exemple n'est que le reflet d'une discrimination plus large : selon une étude récente,un intouchable sur quatre a déjà été interdit d'entrer dans un poste de police. Il est difficile, alors, d'obtenir justice.

    Une oppression quoditienne sur les intouchables

    Le viol collectif d'une étudiante de New Delhi, fin 2012, avait créé une onde choc et une sorte de révolution sociale. Mais les villageois n'ont accès ni à Twitter ni à Facebook et leurs relais politiques sont minimes. Le gouvernement régional, qui continue à mépriser ces victimes, sort décrédibilisé de cette affaire et l'enquête va être transférée au bureau national d'investigation, pour plus d'indépendance. Mais le problème de fond, à savoir l'oppresion quotidienne des basses castes, demandera un changement profond des mentalités. Et nécessitera une vraie volonté politique de la part du nouveau gouvernement central de Narendra Modi, pour l'initier.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.