GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Hong Kong: piratages en série, Pékin soupçonné

    media Le quartier des affaires de Hong Kong, 18 juin 2014. REUTERS/Bobby Yip

    La vie se complique de jour en jour pour les partisans de la démocratie à Hong Kong. À la veille d’un référendum fictif organisé par des prodémocrates, leur site internet a été hacké. Un grand groupe de presse connu pour ses critiques à l’égard de l’autorité centrale a également subi à plusieurs reprises des cyberattaques.

    Avec notre correspondante à Hong Kong, Florence de Changy

    Pour Jimmy Lai, le patron du groupe de presse à scandale Next media, au franc parler courageux, le coupable de ces cyberattaques est tout désigné. C’est Pékin, qui ne souhaite pas entendre la voie des Hongkongais s’exprimer spontanément sur leur mode de scrutin favori. C’est Pékin aussi qui souhaite mettre en difficulté son groupe de presse qui a très ouvertement encouragé les mouvements démocratiques de Hong Kong.

    Mais Jimmy Lai n’est pas le seul à montrer du doigt le pouvoir central dans ces deux cyberattaques presque simultanées. « Clairement, Pékin est inquiet du taux de participation au référendum. Autrement, ils n’auraient pas monté cette attaque massive lors des essais du site de référendum depuis quelques jours, affirme Anson Chan, une ancienne numéro deux du gouvernement hongkongais. Aucune entreprise privée n’aurait la capacité d’envoyer 10 milliards de messages en 20 heures. »

    Selon les experts, il a fallu mettre à contribution plus de 10 000 ordinateurs pour obtenir un tel effet. Conséquence : le référendum fictif va sans doute devoir compter davantage sur les votes physiques que sur les votes en ligne des Hongkongais. Et d’ores et déjà, une journée de vote supplémentaire a été annoncée pour le dimanche 29 juin.

    La participation au référendum dira si Pékin a réussi sa campagne d’intimidation ou si au contraire ces attaques barbares sur la liberté d’expression des Hongkongais vont pousser à une plus grande mobilisation.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.