GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Hong Kong: le référendum qui agace les autorités chinoises

    media Un bureau de vote lors du référendum civil organisé par les militants pro-démocratie à Hong Kong, le 22 juin 2014. REUTERS/Tyrone Siu

    À Hong Kong, un référendum non officiel sur l'instauration du suffrage universel organisé par des militants pro-démocratie a déjà recueilli 570.000 votes. L'initiative inquiète et agace les autorités chinoises.

    Avec notre correspondante à Hong Kong, Florence de Changy

    Après une journée et demie de vote en ligne, qui a permis de recueillir l'avis de 570.000 votants, c’est aujourd’hui dimanche la journée du vote physique pour ceux qui n’ont pas accès à Internet ou qui préfèrent voter comme en situation réelle, en se rendant dans l’un des quinze pseudo-bureaux de vote mis en place pour l’occasion.

    Ce référendum fictif, organisé par les militants pro-démocratie, comporte deux parties. La première porte sur le mode de sélection des candidats au poste de chef de l’exécutif. Pékin a promis le suffrage universel pour la prochaine élection, en 2017, mais les pro-démocratie soulignent que le suffrage universel n’a de valeur que si les électeurs ont également la possibilité de choisir les candidats éligibles.

    La seconde question du référendum concerne le Parlement – le Legislative Council of Hong Kong. Les électeurs sont invités à dire s'ils pensent qu'elle devrait opposer son veto au cas où la proposition du gouvernement hongkongais ne serait pas conforme aux standards internationaux de démocratie.

    Suite à l’importante cyberattaque subie par le site Internet du référendum, popvote.hk, les organisateurs ont prolongé l'opération d’une semaine. Le bureau de la représentation chinoise a estimé que cette initiative était illégale. « Si les autorités chinoises voient quoi que ce soit d’illégal dans ce que nous faisons, qu’ils me le disent, ou qu’ils m’arrêtent. Ils ne comprennent même pas les lois de Hong Kong », a rétorqué l'organisateur du référendum.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.