GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Chine: les Ouïghours toujours plus dissuadés de faire le ramadan

    media Ouïgours musulmans en prière à la mosquée Idkah à Kashgar, dans la province du Xinjiang au nord-ouest de la Chine. AFP Photo/Frederic J. Brown.

    Au Xinjiang, région du nord-est du pays où habitent neufs millions de Ouïghours turcophones et musulmans, les sites internet de plusieurs gouvernements régionaux prient étudiants, fonctionnaires et enseignants de ne pas jeûner. Ces restrictions ne sont pas vraiment nouvelles, mais cette année, dans un contexte très tendu suite à plusieurs attentats meurtriers attribués aux islamistes, le gouvernement semble moins indulgent.

    Avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

    Les trois consignes données aux membres du Parti communiste par le secrétaire de la Chambre de commerce de Turban sont édifiantes et contraires à la liberté de religion, pourtant garantie par la loi chinoise : « Premièrement, ne croyez pas en la religion ! », « deuxièmement, il est interdit de participer au ramadan et d’entrer dans une mosquée pour y pratiquer des rites réligieux ». Enfin, « troisièment, il faut éduquer les membres de votre famille. Demandez-leur de résister à la religion et aux idées obscures. Il faut lutter contre les activités religieuses illégales et maintenir la stabilité de la société. »

    Souci de santé ou discrimination ?

    Sur son site internet, la même Chambre de commerce de la région de Xinjiang interdit à tous les fonctionnaires et aux étudiants de participer au jeûne. Comme à Turfan, plusieurs gouvernements régionaux empêchent leurs fonctionnaires et enseignants musulmans de respecter le ramadan et encouragent ceux qui mangent en public. Les autorités expliquent ces restrictions avec leur volonté de garantir la santé des employés publics. Le Congrès ouïghour mondial, une ONG basée en Allemagne, parle lui, de discrimination.

    →A(RE)LIRE: Dans la province musulmane du Xinjiang, les autorités chinoises répriment la pratique du ramadan

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.