GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Cambodge: 9 personnalités de l’opposition inculpées pour insurrection

    media Des centaines de sympathisants se sont rassemblés, ce mercredi 16 juin au matin, près du tribunal barricadé. Phnom Penh, le 16 juillet 2014. REUTERS/Samrang Pring

    Au Cambodge, neuf personnalités de l’opposition ont été inculpées pour insurrection, mercredi 16 juillet, par la justice de Phnom Penh. Une décision prise au lendemain de violents affrontements entre ces militants et les forces de l’ordre dans la capitale. Depuis bientôt un an, les opposants au gouvernement boycottent l’Assemblée nationale. Ils contestent les résultats des élections législatives et échouent à trouver un terrain d'entente avec le parti au pouvoir.

    Avec notre correspondante à Phnom Penh, Stéphanie Gee

    Lors d’une manifestation menée par des députés de l’opposition, le rapport de forces s’est inversé. Ce sont les militants qui ont frappé avec sauvagerie une dizaine de gardes de sécurité, employés par les autorités pour disperser avec brutalité tout rassemblement. Les gendarmes sur place ont laissé faire. En réponse, les autorités ont arrêté 5 députés et un membre de l’opposition, et 3 autres devraient l’être prochainement. Ils sont inculpés d’insurrection et d’incitation à la violence, encourant jusqu’à trente ans de prison.

    Une décision qui a créé le choc dans la foule de sympathisants massés près du tribunal, comme le résume cette jeune femme : « On s’attendait à leur libération immédiate, mais ils ont été envoyés en prison. Cette injustice va rendre le peuple encore plus en colère. C’est une grande injustice, non seulement pour eux, mais aussi pour nous tous. Ces personnes n’ont commis aucune faute. Ces derniers mois, des militaires ont tué des manifestants et personne n’a été arrêté. Alors pourquoi, eux, sont-ils inculpés alors qu’ils sont innocents ? »

    En l’absence du chef de l’opposition, à l’étranger, le vice-président Kem Sokha a dénoncé une provocation du parti au pouvoir, qui montre, selon lui, sa volonté de faire traîner la situation. Le gouvernement dénonce, lui, des violences « préméditées » par l’opposition pour créer le chaos. A la veille du premier anniversaire des élections, il veut frapper fort.

    A (RE) LIRE : Cambodge: le gouvernement reprend la main sur l'opposition 

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.