GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    L’Australie abandonne sa taxe carbone

    media Une raffinerie de pétrole dans la banlieue de Sydney, le 16 juillet 2014. REUTERS/Jason Reed

    Âgée de seulement deux ans, et déjà disparue : la taxe carbone australienne a été enterrée ce jeudi 17 juillet par le Parlement. Cette abolition était une promesse de campagne de Tony Abbott, l’actuel Premier ministre, climato-sceptique notoire.

    Elle aura finalement cédé sous les coups de butoir du secteur minier australien. Moteurs de la croissance du pays depuis plus de 15 ans, les industriels du fer, du cuivre ou du charbon, ont réussi à faire entendre leur voix auprès du gouvernement et du Parlement, arguant que la taxe carbone coûtait trop cher et constituait un frein à la croissance économique de l’Australie. Un argument que le Premier ministre Tony Abbott avait repris à son compte à l’été 2013, alors qu’il était encore en campagne. Climato-sceptique avéré, il avait notamment déclaré que les études scientifiques pointant du doigt l’origine humaine du réchauffement climatique étaient des « sottises absolues », il aura donc tenu promesse et fait abolir la taxe carbone, qui imposait aux 350 – surtout les groupes miniers - principaux émetteurs de dioxyde de carbone de payer une taxe de 16 euros par tonne émise.

    Ce vote à la Chambre haute du Parlement réjouit donc les géants du secteur, dont les groupes miniers, tels que Rio Tinto et BHP Billiton. Ce dernier déclarant même dans un communiqué que cette taxe carbone « avait un impact négatif sur la compétitivité de l’Australie ».

    « Cette abolition ridiculise l’Australie »

    A l’opposé, « ce n’est pas une bonne nouvelle du tout », estime Alain Grandjean, économiste et co-fondateur de Carbone 4, un groupe de consultants spécialisés dans la stratégie carbone. « Cela veut dire que ce gouvernement considère que le sujet du changement climatique n’en est pas un », ajoute-t-il.

    Même son de cloche du côté de l’opposition travailliste australienne, à l’origine de cette taxe lorsqu’elle était aux affaires : « Cette affaire a rendu ridicules les Australiens, et tire le pays en arrière alors que le reste du Monde va en avant », estime Bill Shorten, le chef du parti travailliste.

    Pourtant cette taxe carbone « fonctionnait : elle permettait de réduire les émissions et contribuait aux recettes de l’état », selon plusieurs économistes australiens. « Cette abolition nie trois réalités : le changement climatique du fait de l’action humaine, le rôle du gouvernement en tant que défenseur du bien public, l’émergence d’une révolution de velours sur l’énergie-carbone ».

    Cela devrait rester un cas isolé

    Selon un rapport publié par plusieurs think tanks, les émissions de gaz à effet de serre de l’Australie risquent de croître d’ici 2020 de 12 % au lieu de baisser de 5 %, notamment à cause du démantèlement de la législation climat. Selon Alain Grandjean, il y a cependant peu de risque que cette mesure fasse boule de neige dans d’autres pays : « Chaque grande région du monde est un cas un peu particulier. Je ne pense pas que le fait que l’Australie prenne une décision ait un effet quelconque sur les décisions de M. Obama ou M. Xi en Chine. Au niveau international, la solidité scientifique du diagnostic du réchauffement climatique n’est pas remise en cause ».
     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.