GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Explosion en Allemagne: l'auteur a fait un séjour en clinique psychiatrique (agence)
    • Explosion en Allemagne: les autorités la qualifient d'attentat (agence)
    • Explosion en Allemagne: un attentat islamiste «pas exclu» (ministre)
    • Allemagne: l'explosion a été provoquée par un réfugié syrien de 27 ans (agence)
    Asie-Pacifique

    Les divisions ethniques s'aggravent en Birmanie, selon l'ONU

    media Yanghee Lee en visite dans un camp de déplacés à Sittwe (Etat Rhakine), Birmanie, 18 juillet 2014. AFP

    Les divisions entre musulmans et bouddhistes s’accentuent en Birmanie, et les conditions de vie dans les camps de déplacés sont déplorables, relève dans ses conclusions la nouvelle rapporteur de l’ONU pour les droits de l’homme en Birmanie, Yanghee Lee, qui a achevé ce weekend sa première visite dans le pays.

    Yanghee Lee n'a pas mâché pas ses mots. Les plans du gouvernement concernant la cohabitation des communautés risquent d’aboutir à une ségrégation permanente entre bouddhistes et musulmans. Au cours d’un voyage de dix jours, l’émissaire de l’ONU s’est notamment rendue dans l'État d'Arakan (que le régime birman actuel appelle Rakhine) où près de 140 000 Rohyngias, musulmans apatrides, vivent dans des camps depuis qu’ils ont été chassés de chez eux par des violences de la communauté bouddhiste en 2012.

    Elle y a constaté des conditions sanitaires déplorables, et l’absence d’accès aux services de base. Seul point positif, le gouvernement a invité l’ONG Médecins sans Frontières à revenir travailler dans la région, après l’en avoir chassé il y quelques mois. Mais il faut que la sécurité des humanitaires soit garantie, a-t-elle précisé.

    Les discours de haine et d'incitation à la violence contre les musulmans se répandent dans les médias et sur les réseaux sociaux de façon alarmante, a encore dénoncé Yanghee Lee. A l'issue de cette première mission, elle a appelé le gouvernement du président Thein Sein à prendre rapidement des mesures pour réduire les tensions et l'hostilité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.