GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Japon: la police d’Osaka dissimule 81 000 crimes

    media Le gouverneur d'Osaka, Toru Hashimoto, soupçonné d'avoir truqué les statistiques criminelles de sa ville. (Photo: le 3 février 2014) AFP PHOTO / JIJI PRESS JAPAN OUT

    Au Japon, les curieuses pratiques de la police d'Osaka font la Une. Ses agents ont avoué avoir dissimulé plus de 81 000 délits pour redorer l'image de la préfecture, considérée comme la plus dangereuse du pays, sur instruction des autorités politiques.

    Lassé d'être le gouverneur de la capitale du crime, Toru Hashimoto aurait exercé de fortes pressions sur la police préfectorale d'Osaka pour qu'elle mette de l'ordre dans les rues de la ville et des municipalités voisines.

    Depuis la fin des années 1990, Osaka était numéro un de l'insécurité au Japon. En 2008, le gouverneur lance son opération. Deux ans plus tard, victoire, c'est Tokyo qui hérite du triste record.

    La découverte du pot aux roses

    Mais la police préfectorale a fini par se rendre compte l'an dernier qu'un policier avait, à lui seul, passé sous silence plus de 6 500 délits. Au terme d'une enquête auprès de la totalité des commissariats, la direction a constaté que tous étaient touchés.

    Entre 2008 et 2012, un total de plus de 81 000 crimes ou délits n'ont pas été déclarés à la police nationale. Près de la moitié concernent des vols de bicyclettes, mais un certain nombre de crimes graves ont également disparu des statistiques.

    Malgré le déni des responsables de la police, l'enquête a établi que les agents avaient reçu des instructions de leur hiérarchie pour fausser les statistiques. Quatre-vingt-dix-sept officiers de police ont été sanctionnés. 

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.