GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Thaïlande: doutes sur les intentions du nouveau Premier ministre

    media Le chef de la junte militaire thaïlandais, le général Prayuth Chan-ocha, a été nommé Premier ministre jeudi 21 août. REUTERS/Chaiwat Subprasom

    En Thaïlande, le général Prayuth Chan-ocha nouvellement désigné comme Premier ministre ne doit rester, en principe, aux manettes du pays que jusqu'aux élections de 2015. C'est du moins ce que prévoit le calendrier de la junte militaire. Mais les opposants politiques et les organisations internationales ont de sérieux doutes sur leurs intentions démocratiques.

    Giles Ungpakorn est un universitaire et opposant politique britannico-thaïlandais. Il a dû fuir la Thaïlande en 2009 et aujourd’hui, il ne fait pas du tout confiance à l'armée et au Premier ministre Prayuth Chan-ocha. « Il se comporte comme un dictateur de la guerre froide. L'armée s'oppose fondamentalement aux élections parlementaires. Le leader du coup d'État militaire a tué ceux qui soutenaient la démocratie, il a emprisonné les gens qui critiquaient la loi sur le crime de lèse-majesté. Alors, penser que cette junte pourrait faire des réformes en faveur de la démocratie, c'est une énorme plaisanterie ! En fait, le pays ressemble de plus en plus à la Birmanie », juge-t-il.

    La Birmanie. Une référence claire à la crainte de Giles Ungpakorn de voir la politique thaïlandaise verrouillée par la junte pendant des années.

    L'organisation Human Rights Watch estime, de son côté, que les généraux n'ont « clairement pas l'intention de restaurer la démocratie et que le climat actuel ne permet pas de tenir des élections libres et justes ». Depuis le coup d'État du 22 mai dernier, les militaires ont multiplié les arrestations contre les opposants politiques et les artistes critiques envers le régime.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.