GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Accident de Fukushima: trois anciens dirigeants de Tepco acquittés par le tribunal
    • Polynésie: saisie de 5,5 kilos de méthamphétamine à l'aéroport de Tahiti (parquet de Papeete)
    • Afghanistan: dix morts lors d'un attentat à la voiture piégée dans le Sud (gouverneur)
    Asie-Pacifique

    La Chine exhume le violent passé militariste du Japon

    media Militaires japonais durant la bataille de Shanghai en 1937. Photo: Ministry of the Navy, source: Wikipédia

    Entre Pékin et Tokyo, rien ne va plus depuis des mois : une dispute territoriale en mer de Chine méridionale, les visites du Premier ministre japonais Shinzo Abe et de son cabinet au sanctuaire controversé de Yasukuni ou encore la décision de Tokyo de changer sa Constitution pacifiste… la liste des différends entre les deux voisins est longue. Jeudi 28 août, Pékin a saisi une nouvelle occasion de rappeler le passé militariste du Japon, en publiant une série de confessions de criminels de guerre japonais, confessions désormais compilées dans onze volumes sur 6 000 pages.

    Avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

    Il y a par exemple la confession du lieutenant Keiji Saganaka : « Entre avril 1937 et le 3 septembre 1945, j’ai tué un total de 831 personnes », écrit ce soldat japonais, « j’ai tué par arme à feu, baïonnette, décapitation, en les brûlant, les abattant ». L’officier Yohei Kibe, lui, avoue d’avoir forcé à travailler 47 000 Chinois et d’avoir vendu plus de 17 000 kilogrammes d’opium aux ennemis chinois.

    D’autres soldats, jugés et condamnés par des tribunaux militaires chinois, racontent les viols de femmes, les villages brûlés, les massacres de paysans. Au total, 45 confessions, publiées pendant 45 jours: depuis début juillet, aucun lecteur de la presse d’Etat, aucun téléspectateur n’échappe à cette propagande antijaponaise.

    La date de la publication n’a pas été choisie au hasard : c’est le 1er juillet que Tokyo a décidé de changer sa Constitution pacifiste pour participer désormais à des opérations militaires extérieures. La Chine a donc cru bon de riposter. La compilation de ces confessions arrive alors que Pékin se prépare à célébrer le 3 septembre le « jour de la victoire » contre le Japon.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.