GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Crise chez Malaysia Airlines, 6000 postes supprimés

    media Des appareils de Malaysia Airlines à Sepang, le 18 juillet 2014. REUTERS/Olivia Harris

    Malaysia Airlines va supprimer un tiers de ses effectifs, c’est ce que son actionnaire principal a annoncé aujourd’hui. Déjà en mauvais état, la situation s’est aggravée pour le transporteur malaisien avec deux catastrophes successives, la disparition du MH370 en mars, et l’explosion au-dessus de l’Ukraine du MH17.

    Avec notre correspondante à Singapour, Carrie Nooten

    L’actionnaire principal de la compagnie aérienne nationale se donne trois ans pour refaire de Malaysia Airlines une entreprise rentable. Le fonds souverain Kazanah, a présenté un plan de choc, comme on l’attendait. Un poste sur trois devrait être ainsi supprimé, et des dessertes déficitaires, principalement les liaisons de Kuala Lumpur vers les villes européennes, pourraient disparaître. Sa stratégie : repositionner Malaysia Airlines comme une compagnie régionale.

    « Ressusciter »

    Des mesures qui devraient permettre de « ressusciter » l’opérateur selon lui. Le transporteur malaisien perd en effet depuis trois ans un million de dollars par jour, et les réservations ont chuté de plus de 30% après l’explosion du MH17 au-dessus de l’Ukraine en juillet. Pour autant, Kazanah montre qu’il désire une transition en douceur : l’actuel PDG, quoique décrié, reste jusqu’à la fin de son mandat l’an prochain. 

    La compagnie ne devrait pas changer de nom malgré l’atteinte à son image de marque, et on ne sait pas encore si une nationalisation totale, annoncée un peu plus tôt cet été, est toujours d’actualité.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.