GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie: un soldat turc a été tué dans une attaque des forces kurdes (ministère de la Défense)
    • Chili: trois morts dans les troubles à Santiago
    • Transport aérien: le plus long vol direct de l'histoire organisé par Qantas, parti de New York, a atterri à Sydney
    • Donald Trump renonce à accueillir le G7 2020 dans son golf en Floride
    Asie-Pacifique

    Afghanistan: Ghani et Abdullah face à de nombreux défis

    media Abdullah Abdullah (g) et Ashraf Ghani après la signature d'un accord de partage du pouvoir, dimanche 21 septembre à Kaboul. REUTERS/Omar Sobhani

    En Afghanistan, un accord a été conclu ce dimanche 21 septembre à Kaboul entre les deux candidats à la présidentielle d’avril. Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï comme nouveau président, tandis que son rival Abdullah Abdullah désignera un « Premier ministre exécutif », poste qu’il pourrait bien occuper lui-même. Les deux hommes vont maintenant devoir affronter ensemble de nombreux défis.

    Avec notre correspondant régional à Islamabad, Joël Bronner

    Avant tout, le duo Ashraf Ghani-Abdullah Abdullah va devoir inventer un équilibre pour gouverner ensemble. Selon la Constitution, c’est le président, Ashraf Ghani donc, qui dispose de l’essentiel du pouvoir. Le rôle exact de « Premier ministre exécutif », qui pourrait être occupé par Abdullah Abdullah, reste lui largement à définir. Le partage du pouvoir s’annonce donc délicat, les deux hommes ayant déjà mis plusieurs mois à négocier le compromis actuel.

    Leur défi majeur sera ensuite de répondre à l’insécurité qui gangrène un pays où le conflit armé avec les talibans n’est pas terminé et alors que les derniers militaires de l’Otan doivent eux se retirer d’ici la fin de l’année. C’est pourquoi Ashraf Ghani devrait, comme il s’y est engagé, signer rapidement un accord avec Washington pour le maintien d’environ 10 000 militaires en Afghanistan jusqu’en 2016.

    Ashraf Ghani et Abdullah Abdullah héritent enfin d’une économie exsangue, sous perfusion d’une aide internationale qui tend, en plus, à diminuer. Pour solder les années Karzaï, ils devront notamment s’attaquer à la corruption généralisée, qui contamine jusqu’au sommet de l’État. Une condition essentielle pour redonner un peu de crédibilité au pouvoir central de Kaboul aux yeux des citoyens afghans.

    Soulagement à Washington

    Barack Obama a, dès la signature du compromis, appelé personnellement les deux candidats pour les féliciter et les assurer du soutien de Washington. John Kerry a été plus direct. Le secrétaire d’État se félicite de la prochaine formation d’un gouvernement d’union nationale à Kaboul, car cela ouvre la perspective d’une forte réduction des troupes américaines en Afghanistan, d’ici à la fin de l’année. Au terme de cet accord, les forces américaines vont passer de 30 000 à 9 800 hommes. Et début 2016, ces troupes seront encore réduites de moitié.

    C’est un soulagement pour Washington, dont l’armée est sollicitée sur tous les fronts : redéploiements de conseillers en Irak, formation des troupes de l’opposition syrienne, multiplication des opérations conjointes dans les pays européens proches de l’Ukraine, et logistique au Libéria pour lutter contre la fièvre Ebola.

    A-M. C.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.