GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 24 Octobre
Mercredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Accord de l'UE sur une réforme du travail détaché (Commission européenne)
    • Prix Fifa: Cristiano Ronaldo sacré meilleur joueur de football de l'année 2017
    • Prix Fifa: Zinédine Zidane sacré meilleur entraîneur de football de l'année 2017
    • France: Carmat annonce une première implantation à l'étranger de son coeur artificiel
    Asie-Pacifique

    Les forces de sécurité afghanes sont-elles prêtes?

    media Un policier afghan sur le site d'un attentat-suicide à Kaboul, le 29 septembre 2014, quelques minutes avant l'investiture du nouveau président Ashraf Ghani. REUTERS/Mohammad Ismail

    Cela aura mis le temps, mais il est signé ! L'Afghanistan a paraphé, ce mardi 30 septembre, l'accord de sécurité permettant à près de 10 000 soldats américains de rester dans le pays en 2015. Un accord similaire a été signé avec l'Otan. Au total, 12 500 hommes resteront en Afghanistan, contre 40 000 aujourd'hui, et 130 000 il y a deux ans. La nouvelle mission de l'Otan, «Resolute support» (Soutien résolu), se concentrera sur l'entraînement et l'appui aux forces afghanes qui combattent les talibans.

    Sur un effectif théorique de 350 000 hommes dans les forces afghanes (armée et police), moins de 120 000 seraient capables d’intervenir efficacement sur le terrain, selon le spécialiste Jean-Charles Jauffret, enseignant à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence. Mais l’armée afghane, si elle est « médiocre » dans son ensemble, est plus solide qu’elle ne l’était il y a encore trois ans, avec entre autres des forces héliportées, d'autres formées par les Français, et des forces spéciales aujourd'hui crédibles.

    C'est grâce à ces « noyaux durs » qu’elle tient face aux talibans – qui contrôlent actuellement l’est et le sud-est du pays. Mais ces talibans ont retenu leurs coups ces dernières années : ils prennent garde à ne pas mener d’attaques massives, pour éviter que la coalition ne reste plus longtemps que prévu. Ils s’en tiennent pour le moment aux attentats pour faire parler d’eux. Leurs offensives devraient donc redoubler lors du départ de l’Isaf.

    Une question de motivation

    Cette armée afghane est bien équipée, mais pas aussi bien qu’elle le devrait, pour les radars et l’artillerie par exemple : les Américains ne veulent pas alimenter l’autre camp en matériel, en cas de déroute de l’armée ou de guerre civile. Jean-Charles Jauffret souligne ainsi que la France n’a pas vendu un système d’artillerie précis et dissuasif, le Caesar, un canon pourtant demandé par les Afghans et qui porte à plus de 40 kilomètres.

    Autre problème de l’armée afghane, sa composition. D’abord, elle ne comporte que peu de pachtounes, pourtant majoritaires dans le pays. Ensuite, les seigneurs de guerre continuent de prêter des hommes à cette armée qui aurait dû être composée d’appelés, et qui est, en fait, surtout composée d’engagés - ce qui coûte d'ailleurs très cher à la communauté internationale.

    Ces engagés sont-ils vraiment motivés, ou ne sont-ils là que pour une solde qui arrive d’ailleurs de manière irrégulière ? D’autant que les talibans sont deux à trois fois mieux payés qu'eux, et qu'ils ont depuis longtemps infiltré l'armée. La question est donc de savoir comment soldats et policiers vont se comporter sur le terrain une fois que la présence internationale aura été fortement réduite.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.