GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Philippines: Abou Sayyaf menace de décapiter un otage allemand

    media Un véhicule de l'armée des Philippines sur l'île de Jolo, le 16 octobre 2014. L'armée s'est déployée dans la région, alors que des membres du groupe Abou Sayyaf menace d'exécuter un otage allemand. REUTERS/Stringer

    Le groupe armé islamiste Abou Sayyaf, qui détient deux otages allemands, menace de tuer l’un d’entre eux, ce vendredi 17 octobre dans l'après-midi, si l’Allemagne ne paye pas une rançon de plus de 4 millions d’euro, et si elle poursuit son soutien aux combattants kurdes du nord de l’Irak. Cette dernière revendication est d'ores et déjà rejetée par Berlin.

    Avec notre correspondant à Manille, Gabriel Kahn

    La tension est forte sur l’île de Sulu, dans le sud des Philippines, à quelques heures de la fin de l’ultimatum lancé par Abu Sayyaf qui menace d’y décapiter l’un de ses deux otages allemands. L’armée a déclaré avoir lancé une opération pour sauver ces otages, mais elle soutient en même temps ne pas vouloir mettre leur vie en danger.

    Viktor Stefan Okonek, un médecin de 71 ans et sa compagne, Henrite Dieter, ont été enlevés au mois d’avril dernier par un groupe armé alors qu’ils naviguaient au large de l’île de Palawan, puis remis au groupe islamiste Abou Sayyaf. Ce groupe a prêté allégeance à l’organisation Etat islamique. Il a déjà décapité un de ses otages philippins le 30 août dernier.

    Séparé de sa femme

    Ce jeudi, un des ravisseurs s’est exprimé sur une radio locale. Il a souligné que l’ultimatum lancé au gouvernement allemand pour qu’il paye la rançon avant 15 h 00 heure locale (07 h 00 TU) était maintenu. Il a également appelé l’Allemagne à cesser tout soutien aux Kurdes en Irak. À défaut, Viktor Okonek sera exécuté, a-t-il souligné. Ce dernier a été séparé de sa compagne mardi dernier. Sous la pression de ses ravisseurs, il s’est brièvement exprimé à la radio pour dire qu’il aimait sa famille et qu’il espérait les revoir bientôt.

    En réponse au message d'Abu Sayyaf, le gouvernement allemand a affirmé ce jeudi que Berlin « ne changera pas de politique sur l'Irak ».

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.