GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Démissions de ministres au Japon: fin d'une ascension pour Yuko Obuchi

    media La ministre de l'Industrie Yuko Obuchi est notamment soupçonnée d'avoir dépensé plus de 10 millions de yens (près de 74.000 euros) entre 2007 et 2012 pour acheter entre autres des produits de beauté. REUTERS/Toru Hanai

    C'est un nouveau coup dur pour le Premier ministre japonais Shinzo Abe. Lundi c'est au tour de la ministre de la Justice, Midori Matsushima, de démissionner, juste après sa collègue de l'Industrie, Yuko Obuchi. Cette dernière est soupçonnée d'avoir dépensé des fonds politiques à des fins personnelles. 

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    Il y a deux semaines encore, Yuko Obuchi, fille de l’ancien Premier ministre Keizo Obuchi, était présentée comme la première femme à avoir le plus de chance de diriger un jour le gouvernement japonais.

    Quarante ans, mère de deux enfants, élégante, Yuko Obuchi avait été placée à la tête du tout puissant « Meti », le ministère grand promoteur de l’énergie nucléaire, pour persuader les Japonais d’accepter le redémarrage des réacteurs nucléaires, tous à l’arrêt depuis l’accident de Fukushima.

    Yuko Obuchi symbolisait aussi la volonté du Premier ministre Shinzo Abe d’inciter les Japonaises à reprendre le chemin du travail après la naissance de leur premier enfant, et d'occuper des postes à responsabilité dans la société japonaise.

    Yuko Obuchi est accusée d’avoir dépensé des fonds publics sans rapport avec ses activités politiques, notamment pour l’achat de produits de maquillage chez Shiseido.

    La ministre de la Justice Midori Matsushima est soupçonnée, elle aussi, d’abus de fonds publics. Cette fervente partisane de la peine de mort pourrait elle aussi être remplacée.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.