GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 14 Décembre
Dimanche 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Hong Kong: la «révolte des parapluies» s’installe dans la durée

    media Les étudiants honkongais pro-démocratie ont installé des tentes au milieu de la chaussée. Photo du 24 octobre 2014. REUTERS/Damir Sagolj

    A Hong Kong, le gouvernement et les étudiants organisateurs du mouvement pro-démocratie ne semblent pas pressés d'annoncer de nouvelles négociations après l'échec d'une première rencontre mardi 21 octobre. Sur le terrain, la vie s’organise. Les contestataires ont planté des milliers de tentes sur les avenues occupées. On trouve des bibliothèques ambulantes, des forums de débats et des salles de lecture. Un vrai village d'irréductibles installé en plein cœur du quartier des affaires.

    Avec notre correspondant à Hong Kong, Heike Schmidt

    Tables et chaises installées au milieu de la chaussée : bienvenue dans l’espace de travail à Admiralty baptisé « square des parapluies ». Enveloppée dans son sac de couchage, Yvonne essaie de rattraper les cours séchés pour cause de révolte : « Je fais mon master et je viens tous les jours ici pour préparer ma thèse. Je viens ici parce que je veux que le gouvernement entende ma voix. En vérité, il nous ignore. Qu’est-ce qu’il a fait pour rapprocher nos positions ? On ne campe pas ici pour s'amuser ! »

    Kwok trouve, lui aussi, que la balle est dans le camp du gouvernement : « Le gouvernement peut me faire partir d’ici, il suffit de me donner une réponse satisfaisante. C’est la seule clé pour nous faire partir. Le gouvernement ne transmet pas la vraie opinion des Hongkongais au gouvernement chinois. C’est pour ça que nous sommes en colère. Maintenant il nous promet de soumettre un nouveau rapport à Pékin, mais il se moque de nous. »

    Ce dimanche 26 octobre, le mouvement Occupy Central organisera un référendum pour demander si l’occupation doit continuer ou pas. Pour Yvonne et Kwok, la réponse est oui : il faut tenir tête au gouvernement.

    → A (RE)LIRE : Hong Kong: Joshua Wong, parcours d'un étudiant engagé

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.