GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    L’Inde promet d’aider Hanoï à moderniser sa défense maritime

    media Le Premier ministre vietnamien Nguyen Tan Dung (G.) et son homologue indien Narendra Modi (D.), à New Delhi, le 28 octobre 2014. REUTERS/Adnan Abidi

    New Delhi promet de soutenir militairement Hanoï. La promesse a été faite ce mardi 28 octobre, au deuxième jour de la visite du Premier ministre vietnamien Nguyen Tan Dung en Inde. Le chef du gouvernement indien Narendra Modi s’est notamment engagé à vendre des navires-patrouilleurs au Vietnam.

    Le geste du gouvernement indien est destiné à contrer les ambitions de Pékin en mer de chine méridionale. Hanoï a désespérément besoin de renforcer ses défenses maritimes, et est prêt à jouer sur tous les tableaux pour y parvenir. Après la promesse américaine de lever l’embargo sur les armes, après les engagements pris par les Japonais, voici donc la main tendue des Indiens.

    New Delhi annonce la vente de navires de patrouilles pour un montant de 100 millions de dollars. C’est pour l’instant la proposition la plus concrète, avec celle de Tokyo. Les Japonais se sont en effet engagés de leur côté à livrer 6 navires aux garde-côtes vietnamiens et aux agents de surveillance des pêches, d’ici à la fin de cette année. Ce nouveau geste intervient dans un contexte de tensions accrues avec Pékin.

    Frontière maritime

    Le gouvernement vietnamien a vu ainsi d’un très mauvais œil la construction récente d’une piste d’atterrissage sur un îlot inhabité de l’archipel des Paracels, les îles Hoang Sa en vietnamien (Xisha en mandarin), passées sous le contrôle de Pékin dans la bataille navale éclair du 19 janvier 1974. Le Vietnam ne craint pas les guerres sur son territoire, mais se méfie depuis des combats à sa frontière maritime. Les nationalistes commémorent ainsi chaque année la mort de marins vietnamiens dans l’attaque chinoise d’une île des Spratleys en 1988, alors contrôlée par le Vietnam.

    Mais pas question de couper totalement les ponts avec le puissant voisin chinois. Le conseiller d’Etat, Yang Jiechi, était à Hanoï il y a deux jours. La Chine a prévenu qu’elle refusait toute ingérence dans ses relations avec le Vietnam.

    → À (RE)LIRE : Vietnam-Chine : pourquoi une telle rivalité?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.