GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 24 Novembre
Lundi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Colombie: la mairie de Bogota décrète le couvre-feu dans toute la ville après des violences et des pillages
    Asie-Pacifique

    Birmanie: maigres avancées lors de la réunion politique de haut niveau

    media Le président Thein Sein accueille la députée de l'opposition Aung San Suu Kyi, au palais présidentiel, le jeudi 30 octobre 2014. REUTERS/Aung Myin Yezaw

    En Birmanie, les dirigeants politiques et militaires les plus haut placés se sont réunis ce jeudi 30 octobre dans la capitale politique, Naypyidaw. Ils ont évoqué le processus de réformes démocratiques, en panne depuis plusieurs mois, ainsi que la réforme de la Constitution. Deux sujets qui tiennent à cœur à la députée d’opposition, Aung San Suu Kyi.

    Avec notre correspondant à Rangoon, Rémy Favre

    Ils étaient 14 autour de la table, dont une seule femme : Aung San Suu Kyi. « Ce n’est pas le genre de réunion quadripartite que nous imaginions », a réagi la dirigeante de l’opposition, visiblement déçue à la sortie de la réunion. Plus de deux heures de discussions, pour des résultats qui ne sont guère tangibles. Pas d’engagement, pas de date pour une nouvelle réunion. Seuls des sujets très généraux comme la préparation des élections législatives en 2015 et le processus de paix ont été évoqués.

    Déception, donc. Pourtant, le président birman accepte de renvoyer devant le Parlement la question de la réforme constitutionnelle. Autrement dit, le sujet n’est pas enterré. Depuis des mois, Aung San Suu Kyi bataille pour amender la loi fondamentale. Elle sillonne le pays, organise des rassemblements politiques, lance des pétitions, afin de retirer le droit de veto aux militaires, et de supprimer un article qui l’empêche de devenir présidente.

    Le Parlement sera donc saisi de ces projets de révision. Un Parlement acquis aux militaires, puisque 25% des sièges sont occupés par des officiers en uniforme. Le reste de l’Assemblée est contrôlée à près de 70% par le parti des anciens militaires.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.