GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Mars
Jeudi 23 Mars
Vendredi 24 Mars
Samedi 25 Mars
Aujourd'hui
Lundi 27 Mars
Mardi 28 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Technologies

    Chine: prison à vie confirmée contre l'intellectuel ouïghour Tohti

    media Le professeur d'université, blogueur, et membre de la minorité ouïghour chinoise, Ilham Tohti condamné à la prison à vie, pour séparatisme. AFP PHOTO/Frederic J. BROWN

    Sans surprise, la justice chinoise a confirmé ce vendredi en appel la peine de prison à vie contre Ilham Tohti, un universitaire appartenant à la minorité ouïghour. Les organisations de défense des droits de l’homme avaient demandé, en vain, la libération de cet économiste respecté, auteur de plusieurs ouvrages.

    Avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt 

    Depuis son procès en septembre dernier et sa condamnation à la prison à vie, Ilham Tohti n’a pas changé sa ligne de défense d’un iota : « Ma conduite n’a pas menacé la sécurité de l’Etat », a-t-il fait savoir lors de sa comparution en appel. Le professeur en économie a maintenu sa position, selon son avocat, « contre la violence et contre le séparatisme, ses convictions depuis toujours ».

    Intellectuel de 44 ans, Ilham Tohti milite pour « un dialogue juste et honnête entre Han et Ouïghours ». Cette voix critique mais modérée dénonçait sur son site internet Uighurbiz.net, la répression de l’ethnie musulmane et turcophone des Ouïghours dans leur région, le Xinjiang.

    Avec la confirmation de la peine extrêmement lourde infligée à Ilham Tohti, le gouvernement envoie un signal fort aux Ouïghours : aucune voix critique ne sera tolérée. Ce message risque de fermer la porte à tout dialogue constructif entre le pouvoir central et la minorité des Ouïghours dans cette région en proie à une vague d’attentats et une répression de plus en plus dure de la part des autorités.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.